Les Brèves locales

L'Arrosoir, la nature au coeur de Strasbourg

•••

Pour ceux qui vont aller visiter Strasbourg pendant l’été, voilà un beau lieu à découvrir ! L’Arrosoir, situé en plein quartier de Neudorf, fait renaître l’agriculture vivante au beau milieu de la ville. Le village qui était autrefois parsemé de jardins et d’espaces agricoles, à été intégré à l’agglomération strasbourgeoise au début du XXème siècle pour être recouvert de béton et devenir un des quartiers les plus peuplés de la grande ville européenne. Ce jusqu’en 2018… où l’Arrosoir est né. Il s’agit d’un projet associatif de végétalisation urbaine : produire de jeunes plants et des plantes comestibles pour accompagner la végétalisation de la ville. Mais il s’agit aussi d’un projet low-tech, dont les techniques de culture sont inspirées des principes de la permaculture. Ce projet implanté de Neudorf est le fruit d’un partenariat entre le Collectif Permis de planter dont le but et de porter et développer localement des initiatives citoyennes, écologiques et comestibles, et l’Association Akpé dont l’objectif est de développer une manière de concevoir et de construire qui soit durable, alternative, locale et collective. Que de bonnes idées et de belles énergies ! Le site se compose de trois éléments : une serre, un jardin partagé de pleine terre et un espace pour « chiller » c’est-à-dire traîner, prendre du bon temps, ne rien faire, se reposer… L’Arrosoir propose ainsi aux habitants du coin un jardin en agriculture urbaine biologique évidemment et une pépinière de quartier pour se détendre mais apprendre aussi à faire pousser ses fruits et légumes. Un bel exemple de végétalisation intégrée : cohésion sociale, agriculture urbaine et biodiversité : tout ce qu’on aime 😉

www.arrosoir.com

A-MO, street-artiste pour les animaux

•••

Des animaux dans la ville on adore !! L’artiste de rue A-MO, très engagé, peint des animaux partout dans la ville de Bordeaux et dans des villes girondines aux alentours. Ainsi il remet pour nous de la nature dans le milieu urbain et ça nous fait du bien. L’artiste bordelais est passionné par le monde animal depuis qu’il est tout petit et il tente avec ces peintures très « voyantes » de familiariser les plus jeunes (et les moins jeunes aussi) aux animaux sauvages et en même temps peut-être de sensibiliser aussi à leur protection ? Il travaille avec des écoles et des crèches pour toucher le maximum d’enfants, ce sont eux les plus sensibles et ce sont aux aussi qui feront le monde de demain. Des images du plasticien qui surprennent et percutent les passants, les interrogent, les réveillent… On peut faire ainsi de drôles de rencontres : une aigrette sur une cabane d’ostréiculteur dans le Bassin d’Arcachon, un renard qui semble nous questionner au coin d’une rue commerçante, une gazelle qui boit de l’eau dans une piscine, un éléphant qui se nourrit d’une branche d’arbre sur un portail ou une girafe qui regarde les passants… des peintures ultra réalistes et très colorées qui sont les bienvenues car elles remettent de la nature là où il n’y en a plus et de la joie aussi ! Des peintures qui prennent encore un autre sens aujourd’hui avec les incendies dans la région et tous ces animaux qui ont atrocement péri…

Des arbres à la place des clim !

•••

Plus il fait chaud, plus les gens allument la clim et plus… il va fera chaud, c’est ce qu’on appelle un cercle vicieux !! La climatisation est une catastrophe pour le climat : en plus d’être très gourmande en électricité (ils représenteraient environ 20 % de la consommation électrique des bâtiments au niveau mondial), elle émet beaucoup de gaz à effet de serre. Les climatiseurs contiennent en effet des fluides frigorigènes très polluants car ils produisent des petites fuites avec des produits de synthèse qui se retrouvent dans l’atmosphère… Idéalement elle pourrait être limitée par temps de canicule et pour les gens les plus fragiles mais ce n’est pas le cas car selon l’ADEME (Agence Environnement et Maîtrise de l’Energie) 25 % des ménages sont équipés de climatiseurs en 2020 contre 14 % en 2016… et du côté des entreprises le taux d’équipement augmente aussi ! Finalement la climatisation est responsable de 5 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur bâtiment, toujours selon l’ADEME. Alors quelles sont les solutions puisqu’on a chaud ? D’abord il y a des petits gestes à adopter chez soi comme fermer les volets le jour et ouvrir pendant la nuit, en cas d’utilisation ne pas baisser la clim au-delà de 26 degrés, en cas d’achat de climatiseur il faut privilégier un équipement performant car les vieux appareils polluent encore plus ! Ensuite il faut travailler sur la réglementation dans la construction du neuf comme de la rénovation. Hélas dans ces deux domaines la France est très en retard, il faut dire que le puissant lobbying des promoteurs immobiliers est réfractaire à l’écoconstruction, quant à la rénovation des bâtiments, le problème environnemental passe souvent bien après les questions sociales et sanitaires qui apparaissent toujours plus urgentes. Enfin la meilleure des solutions reste les arbres !! C’est un enjeu très important : la végétalisation des villes, des quartiers, et même des bâtiments. Sachant qu’un seul arbre évapore 450 litres d’eau par jour… soit l’équivalent de cinq climatiseurs qui tournent pendant 20 heures !! Vive les arbres 😉

Les animaux en fleurs de Raku Inoue

•••

Des animaux végétaux ou des fleurs animales ? On n’en sait rien mais en tout cas des créations fascinantes et très originales qui rendent un bel hommage à Mère Nature !! Raku Inoue est né à Tokyo en 1983 et a quitté le Japon pour s’installer avec sa mère à Montréal où il vit et travaille toujours aujourd’hui. Ses œuvres sont des reproductions d’animaux de manière très réaliste en utilisant des végétaux de tous genres : feuilles, fleurs, tiges ou pétales… C’est d’une délicatesse rare et le fait de mélanger le monde animal au monde végétal est intéressant et nous questionne. Parmi ses créations on trouve de nombreux insectes ou papillons mais pas seulement… on découvre aussi des animaux marins comme une baleine ou une méduse, des oiseaux, des flamants roses, des gorilles et même un tigre ! Il a étudié longtemps de nombreuses disciplines comme l’illustration, la peinture, le papier, la sculpture, la photographie… autant de matières que l’on retrouve dans son travail. C’est à l’issue d’un road-trip dans le sud-ouest américain que l’artiste a trouvé l’inspiration, un beau jour de grand vent dans son jardin canadien alors que les fleurs s’envolaient partout, il les a ramassées et a créé son premier scarabée. Raku est un amoureux de la nature et ça se sent, ou plutôt ça se voit ! Des œuvres bien évidemment périssables et éphémères puisque totalement naturelles. Heureusement que la photographie permet d’immortaliser ces magnifiques tableaux… On adore 🙂

WomenforSea, des femmes pour la mer

•••

Toujours plus de femmes qui se regroupent pour le bien de la planète, on dit tant mieux ! Cette fois la fédératrice s’appelle Nathalie Ille et on la connaît bien chez Marseille Vert puisqu’elle a été cofondatrice des Earthship Sisters. Aujourd’hui Nathalie a pris une autre voile… Mannequin à l’origine devenue marin, c’est toujours une femme passionnée par la nature et la découverte de la biodiversité terrestre et marine qui a envie d’agir. En 2011 elle s’est engagée comme capitaine de bord et a fondé l’association Expé2M afin de réaliser des expéditions qui explorent et questionnent notre relation à la nature, mer comme montagne (d’où les deux M). Elle a su rapidement réunir autour d’elles d’autres femmes engagées pour la même cause et ensemble elles vont monter des projets pluridisciplinaires à la croisée des mondes professionnels. Expertes du nautisme, de l’environnement, scientifiques, artistes… toutes se retrouvent autour de la protection de l’environnement marin et côtier. Depuis Les Matelots de la vie en 2009 jusqu’à Earthship Sisters en 2018 et 2019, c’est une quinzaine d’expéditions qui ont été organisées à ce jour. En dix ans, Expé2M a embarqué une équipe de 25 membres actifs, beaucoup de bénévoles, monté 6 formats d’expéditions originales et noué de nombreux partenariats basés sur le partage et la confiance. Aujourd’hui l’association a pris une nouvelle dimension en se recentrant sur des projets plus particulièrement tournés vers la mer et prend le nouveau nom de WomenforSea pour mettre en lien, construire et accélérer la mise en place de solutions de protection du milieu marin, inspirer et donner envie d’agir par amour pour la mer. WomenforSea vient d’ailleurs tout juste de réaliser sa première édition de L’Odyssée de la Goutte d’eau, bravo !! Réunir des énergies féminines pour des odyssées et projets innovants qui inspirent, éclairent et créent du lien tout en ayant un impact positif sur la mer et le littoral… on dit « Bon Vent !!! » bien sûr… 😉

www.womenforsea.fr

We Love Green, festival écolo

•••

Depuis 2011 le Festival We Love Green est l’un des grands rendez-vous musicaux de l’année et surtout le plus vert des festivals !! C’est tout près de Paris, en plein cœur du Bois de Vincennes que ce Festival nous propose encore cette année (du 2 au 5 juin) une programmation éclectique à la fois pop-rock, soul, rap et électro mais aussi beaucoup d’animations, de débats et de rencontres autour des questions environnementales. L’engagement de We Love Green est total : c’est tout un travail collectif qui se met en place chaque année pour protéger les sols, les arbres, dépenser moins d’énergie, économiser l’eau, mettre ne commun les ressources, les transports, faire des déchets une véritable richesse, réparer, transformer, bref changer toutes les habitudes en place dans ce genre d’évènements… Depuis sa création le Festival fait évaluer ses actions par une ONG indépendante A Greener Festival qui audite plus de 500 évènements dans le monde. Le festival a été certifié « Outstanding » (hors du commun) et a reçu le Prix de la meilleure sensibilisation environnementale 2019. We Love Green est devenu au fil des années un laboratoire d’expérimentation de solutions de développement durable pour le secteur évènementiel et le spectacle vivant. La production éco-responsable est régie par une charte développement durable articulé autour de 8 axes : énergie, alimentation, eau, déchets, transports, sensibilisation, compensation carbone et circularité. Le Festival ainsi calcule et publie son bilan carbone chaque année, il travaille avec LPO pour sa présence dans le Bois de Vincennes, finance la préservation de coraux en Polynésie, sera 100 % en économie circulaire en 2025, utilise le maximum de matériaux de récupération dans sa scénographie, met en place une immense ferme solaire, met de l’eau potable au robinet à volonté pour gourdes et gobelets réutilisables, propose 100 % de toilettes sèches, applique une politique zéro plastique à usage unique dans l’ensemble de la zone et utilise même de la vaisselle dure pour l’ensemble du staff… Absolument tout ce qui est consommé sur les lieux est recyclé ou composté y compris les mégots ! Bref un Festival plus écolo en France y’a pas !! Alors on dit bravo 🙂

Pour connaître la programmation c’est ICI.

Newtopia, pour un futur désirable

•••

Cyril Dion, co-fondateur du mouvement des Colibris avec Pierre Rabhi, réalisateur du film Demain et Animal et auteur de plusieurs livres sur les mouvements écologiques citoyens, vient de créer la société de production Newtopia. Pour se faire, il s’est entouré de l’actrice engagée de longue date dans la lutte contre le dérèglement climatique Marion Cotillard et de Magali Payen la militante et fondatrice du collectif On Est Prêt. Cette société de production pour « imaginer un futur désirable, écologiquement soutenable et socialement juste » vient d’être annoncée au Festival de Cannes ce 21 mai. Quelle bonne nouvelle !! Le but est de produire des récits ambitieux pour repenser le futur, pour créer un nouveau monde, des récits centrés sur l’écologie positive… Cyril Dion a expliqué aux journalistes lors de la conférence de presse : « Aujourd’hui quand on parle de futur dans le cinéma, il s’agit souvent d’histoires apocalyptiques ou de fantasmes ultra technologiques »… rien qui ne nous fasse vraiment rêver sur l’avenir !! Il s’agit aussi de prendre le contre-pied de « l’American way of life » porté par le cinéma américain pour s’engager dans une bataille davantage culturelle et faire émerger une « ecological way of life ». A mi-chemin entre dystopies et utopies, il y aurait donc la place pour des « newtopies », un concept à découvrir prochainement à travers notamment Françoise, une mini-série de la vie de Françoise d’Eaubonne, mère du courant éco-féministe, Le géant Bakélite, court-métrage de l’apnéiste Julie Gautier ou encore Le Grand Vertige, premier long métrage de fiction du même Cyril Dion. Produire le plus possible des œuvres inspirantes en s’appuyant sur le pouvoir des récits pour imaginer de nouvelles représentations du monde ou de nouvelles visions de l’avenir… pour raconter un monde dans lequel on aimerait bien vivre…. on a tellement hâte de voir tout ça 😉

Adopter un animal ça déménage !

•••

C’est une première en France et c’est marseillais en plus, alors on dit cocorico et bravo !! Une agence immobilière à Marseille, Buddy’s Immobilier, qui était déjà engagée dans le monde associatif local et animalier en soutenant financièrement et humainement plusieurs associations (Mer Terre, Calms, Terre 2 Cœurs, Espoir au Sommet, Moustaches et Gueules d’Amour), pousse aujourd’hui sa démarche plus loin et propose des animaux à l’adoption en les intégrant sur les photos de ses biens à la vente. Quelle belle idée !! Quand on déménage on prend un nouveau départ, alors pourquoi ne pas en profiter pour adopter un animal abandonné dans sa nouvelle habitation ? Puisque chaque année l’agence réserve des espaces publicitaires dans des magazines ou sur des panneaux d’affichage, cette année elle a décidé d’utiliser en même temps ses supports pour la cause animale. Pour cette première édition, le photographe professionnel de Buddy’s, Nedim Imre, a travaillé avec la SPA de la région et Les Ailes de la PA, une association située à Allauch. Buddy’s encourage ainsi fortement l’adoption en mobilisant son réseau et parce que « un foyer c’est bien plus que quelques murs », l’agence associe ce qui lui tient à cœur, les animaux, à son métier, l’immobilier. Après la campagne publicitaire, l’équipe reste en contact régulier avec les refuges pour suivre l’évolution des dossiers d’adoption et communique largement sur les animaux via Facebook et Instagram. Et la preuve que ça marche : tous les animaux photographiés ont été adoptés ! Marie Berthelier qui s’occupe de la communication de l’agence, nous a confié que « certaines personnes ont même cru qu’il fallait obligatoirement adopter l’animal photographié en achetant le bien ! Non quand même pas… c’est une incitation, une inspiration, évidemment pas une obligation » ! Une campagne intitulée « Adoptons un nouveau style de vie » qui fait beaucoup parler d’elle et c’est tant mieux, quand c’est pour la bonne cause 🙂

Treedom, let's green the planet

•••

Spécialement pour les amoureux des arbres… dont nous sommes !! Frederico Garcea, fondateur de Treedom, était en 2010 l’un des utilisateurs passionnés de Farmville, un jeu né sur Facebook qui permettait de créer sa propre ferme virtuelle. Il a vite compris que l’amour de la nature et le désir d’agir pour le bien de la planète étaient des forces vives puissantes : si des millions de gens étaient contents de planter de faux arbres, ils seraient encore plus enthousiastes à l’idée de planter de vrais arbres ! Treedom est donc né d’un jeu qui rêvait d’un monde plus vert et plus juste et contribue aujourd’hui à sa construction. Il s’agit d’une plateforme permettant à chacun (dit le « gardien d’arbre ») de planter un arbre à distance et de suivre l’histoire du projet auquel il appartient. Par souci de transparence, chaque arbre est géo-localisé, photographié, et des informations régulières à propos du projet auquel il appartient sont publiées sur le Journal de l’Arbre, page web personnelle de chaque utilisateur de la plateforme. Depuis sa création en 2010 à Florence en Italie, Treedom a planté à ce jour 3 millions d’arbres avec le soutien de plus de 100 000 agriculteurs dans 17 pays à travers le monde notamment en Afrique, en Asie, en Amérique Latine et en Italie car les plantations d’arbres sont sélectionnées selon les lieux, la biodiversité et les habitants. On sait que les arbres apportent des bénéfices environnementaux indéniables : absorption des émissions de CO2, soutien de la biodiversité, lutte contre l’érosion des sols et de la déforestation… mais on connaît moins les bénéfices sociaux : éducation, sécurité alimentaire, autonomisation… On peut s’acheter un arbre ou l’offrir à quelqu’un aussi ! Plantons des arbres, c’est la vie 😉

www.treedom.net

Land&Monkeys, boulangeries 100% végétales

•••

Révolution dans le monde de la boulangerie-pâtisserie ! Plus besoin de beurre, ni de lait, ni d’œufs dans les pains, gâteaux ou viennoiseries… les boulangeries Land&Monkeys à Paris sont des « boulangeries d’hôtes » totalement végétaliennes et super gourmandes. Fondée par Rodolphe Landemaine et Yoshimi Ishikawa en 2020, la marque se veut éthique et participe à diffuser des modes de consommation plus responsables dans un environnement soigné et écologique. Tous ses lieux – déjà cinq adresses à Paris ! – sont inspirés de maisons d’hôtes avec des tables communes, des fleurs et des tomettes, des matériaux d’origine comme des poutres, briques et pierres d’époque remises à l’honneur dans une démarche vintage de récup. Derrière les recettes, c’est aussi toute une philosophie qui est développée par l’enseigne : protéger et promouvoir le bien-être animal. Et les boulangeries sont même vegan : en plus d’exclure tout composant d’origine animale dans les recettes (même le miel !), ni laine, ni cuir ou autres matériaux animaux dans la décoration des boulangeries. Et pour finir dans la voie de la protection de l’environnement, Land&Monkeys est zéro déchet : réduction du gaspillage alimentaire, aucun plastique à usage unique, contenants réutilisables, fontaine d’eau sur place en libre accès, les emballages sont tous en carton kraft recyclable, les fournisseurs sont engagés dans le zéro déchet sont préférés et les clients qui apportent leur propre conditionnement sont récompensés par un réduction de 10 % sur leurs achats 😉

www.land-and-monkeys.com