Author archives: Agnès Olive

Les Facteurs Humains, la poste poétique

•••

Aller à contre-courant de notre monde c’est possible… la preuve avec l’agence la plus poétique qui soit : les Facteurs Humains ! Il s’agit d’un projet postal incroyable, celui de porter des messages « importants mais pas urgents » par des facteurs qui ressemblent à des pigeons voyageurs… Tout est magique dans cette histoire. Le 1er Facteur Humain c’est Vincent Berthelot qui a lancé l’activité et créé l’agence en Bretagne en 2019 à Redon. Le principe est simple, vous offrez une destination, le service assure la correspondance, et gratuitement. Vous voulez envoyer un message particulier ou un colis insolite à quelqu’un à l’autre bout de la France, ou même de la planète ? Vous donnez à l’agence le lieu d’expédition et le lieu de destination, avec l’histoire du message car c’est aussi un partage de récit qui a lieu entre les facteurs, les expéditeurs et les destinataires… Il suffit alors d’attendre que l’un des 150 facteurs humains déjà participants le récupère et qu’un autre le porte à votre destinataire en main propre, un jour ou l’autre, slow life oblige… Tous les facteurs sont bénévoles et adeptes du déplacement lent et décarboné : à vélo, à pied, en kayak, voire en brouette (!), ils en profitent pour donner du sens à leur voyage, un prétexte à une grande balade, un but pour se lancer sur un chemin… et tout cela se termine toujours par de très belles rencontres évidemment. Tout le monde peut devenir un Facteur Humain (ou une Factrice) si le cœur vous en dit, il suffit de contacter l’agence. Tentative de retrouvaille, déclaration d’amour, demande de pardon… tous ces messages sont remplis d’humanité. C’est très écolo bien sûr mais surtout c’est tellement poétique : on adore 💚

www.agencedesfacteurshumains.blogspot.com

Le Festival Art Explora fait briller la Méditerranée

•••

On lâche les amarres ! La Fondation Art Explora a annoncé en février le lancement officiel de son Festival culturel gratuit et itinérant qui sillonnera la Méditerranée jusqu’en 2026 grâce au premier bateau-musée au monde : un catamaran conçu par Axel de Beaufort et Guillaume Verdier aux dimensions exceptionnelles (47 mètres de long et 18 de large !) pouvant accueillir jusqu’à 2 000 visiteurs par jour. Le Festival se déploie à son bord en partenariat avec le Musée de Louvre, l’Ircam et le Centre Pompidou, ainsi qu’à quai dans un ensemble de pavillons imaginés par Jean-Michel Wilmotte dans les divers lieux des villes hôtes. De 2024 à 2026, le bateau-musée va nous proposer des expériences artistiques originales et innovantes dans 20 ports à travers 15 pays méditerranéens : voyages sonores et expériences immersives à bord ainsi que de nombreuses expositions à terre : art contemporain, photos, réalité virtuelle… tout autour de l’histoire méditerranéenne, du patrimoine, des migrations, des mythes, mais aussi des espèces animales et végétales ! Art Explora s’engage aussi dans une démarche environnementale durable au-delà de sa programmation, dans l’organisation de ses manifestations en œuvrant pour explorer des solutions disponibles locales pour réduire nos émissions, en compensant elle-même son empreinte carbone et en développant un programme de sensibilisation et de soutien aux questions environnementales méditerranéennes. Après une première étape pré-inaugurale à Malte en mars, puis un passage à Venise lors de la Biennale, l’escale inaugurale se tiendra à Marseille du 6 au 18 juin avec une programmation – pensée par Martha Kirszenbaum – pluridisciplinaire et vivante de performances, concerts, films, spectacles de danses, interventions culinaires et poétiques… Faire briller la Méditerranée pour mieux la protéger 🌎

www.artexplora.org

Hello waste, le cercle vertueux

•••

Transformer le plastique c’est fantastique ! Après quelques études dans le management culturel et le marché de l’art, Léa Seguin, fondatrice de hello waste a tout arrêté pour entreprendre dans un domaine qui lui paraissait urgent : la protection de l’environnement ! Après avoir été elle-même (comme tout le monde) une « bonne consommatrice » elle a pris conscience du problème du plastique sur notre planète et des conséquences sur la biodiversité. Si la première action consiste à réduire nos déchets, la deuxième s’attache davantage à la transformation des déchets présents. Que faire de tous nos déchets ? D’une recherche à l’autre, Léa a découvert un projet de recyclage en open-source : Precious Plastic. L’idée est simple : c’est de rendre accessible l’éco-conception en France et de proposer une alternative au recyclage, dont on connaît aujourd’hui hélas les limites… Installé à Saint-Brieuc, sur le port de Légué, l’atelier hello waste transforme le plastique récupéré en plastique recyclé dans différents objets utilitaires. On trouve de tout : trophées, pots de fleurs, peignes, porte-savons, verres à dents, coupelles… Dans cet atelier artisanal, on façonne le déchet en objet utile, durable et créatif mais c’est aussi un lieu de vie où toute l’équipe échange, essaye, recommence, crée avec beaucoup d’enthousiasme : on dit bravo 🙂

www.hellowaste.co

Tous à l’eau avec Sophie Geider

•••

L’artiste peintre Sophie Geider nous emmène à la mer et on adore ça ! Née en Polynésie, l’artiste a toujours été sensible à la nature, la lumière et à l’élément aquatique qui suscite en elle des souvenirs émotionnels, sensuels et intimes forts, la ramenant aux lagons de son enfance, à l’ombre des frangipaniers… Aujourd’hui installée à Marseille, la peintre se nourrit depuis plusieurs années de ses voyages autour du monde, particulièrement l’Asie qu’elle arpente sans cesse et qui lui inspire un travail pictural très féminin et d’une grande douceur. Son univers est habité de femmes longues, lascives, aux yeux clos, qui se reposent, parfois s’endorment, et toujours vibrent dans leurs postures ou dans leurs mouvements, sur de magnifiques tissus colorés, soyeux et chatoyants. Quelquefois elles s’épaulent, se touchent, se répondent, se faisant écho entre elles, entres toiles. Elles sont évasives, leurs courbes et leurs visages résonnent en silence et toutes ces femmes sur l’eau, sur les plages de sable ou sur les rochers caressent doucement la mer avec leurs corps et ont souvent le regard perdu sur l’horizon. Certaines se jettent à l’eau avec une planche de surf, le sport de coeur de notre artiste marseillaise ! De quoi nous donner envie de plonger avec Sophie dans ses beaux tableaux 🙂

Prochaine exposition « Ors » du 25 avril au 16 mai chez Victor, 20 rue d’Endoume à Marseille, et pour découvrir tout le travail de Sophie Geider c’est sur sophiegeider.com 🦋

Virginia Markus, coexister avec les animaux

•••

L’association Co&xister créée en 2018 par Virginia Markus, paysanne engagée, militante animaliste et autrice de plusieurs ouvrages sur la cause animale, a pour mission d’accompagner les humains et les animaux dans l’apprentissage d’une cohabitation respectueuse des besoins de chacun ! En passant de la théorie à la pratique elle a, pour ce faire, créer un sanctuaire permettant à des animaux ayant échappé à la boucherie de couler une retraite paisible. Pour cela elle n’hésite pas à se lancer dans des opérations de sauvetage parfois compliquées… Par ailleurs, et ce qui est vraiment fondamental, l’association accompagne des éleveurs et éleveuses dans leur reconversion professionnelle lorsqu’ils et elles cessent d’exploiter des animaux, pour s’engager dans une nouvelle vie qui respecte l’environnement et le vivant… Son sanctuaire se trouve dans un coin du Chablais vaudois en Suisse où elle ouvre sa porte et son cœur à tous les animaux rescapés : poules, cochons, vaches, moutons mais aussi chiens, chats, chevaux, lapins, absolument tous, avec leur passé douloureux, sont les bienvenus. Il faut lire son livre « Ce que murmurent les animaux » dans lequel elle raconte ce que tous ses amis lui confient à l’oreille… Dernièrement elle a été dans l’obligation de racheter le domaine de son sanctuaire et grâce à un crowdfunding et à l’aide (entre autres) de l’activiste écologiste Hugo Clément, elle a récolté les fonds nécessaires. Un grand bravo à une femme extraordinaire 🙂

asso-coexister.ch

Le Fonds de Dotation Biocoop s’engage !

•••

Le Fonds de Dotation Biocoop est très engagé sur 3 axes : la justice climatique et sociale, les territoires autonomes et résilients en surtout la solidarité et l’alimentation responsable. Pour illustrer ce troisième volet, le Fond de Dotation organise tous les ans avec le réseau de magasins Biocoop une Collecte Bio Solidaire (CBS) afin d’agir au plus près des territoires contre la précarité alimentaire et en favorisant l’accès à tous à une alimentation bio et de qualité. La CBS est une collecte de produits biologiques dans tous les magasins qui sont donnés par les clients au profit d’une épicerie sociale et solidaire ou d’une association de solidarité alimentaire qui accompagne des personnes en situation de précarité. L’année dernière en 2023 la collecte a pris place dans près de 400 magasins du réseau et a permis de récolter plus de 77 000 produits, avec des centaines de bénévoles qui se sont mobilisés pour faire vivre cet évènement ! L’élément différenciant par rapport à des évènements de la sorte dans d’autres enseignes est le versement par les magasins Biocoop aux associations partenaires à l’issue de la collecte d’un don de près de 100 000 euros correspondant au montant de la marge réalisée sur les produits achetés et donnés par les clients. Une démarche 100 % cohérente et solidaire remarquable car c’est la seule enseigne de la distribution à reverser sa marge lors d’opérations de collecte de produits au profit des plus démunis… un exemple à suivre ! Ainsi à Marseille la Biocoop Rouet (partenaire de Marseille Vert) a réalisé la semaine dernière une collecte de deux caddies entiers de marchandises pour une valeur de 310 euros accompagnée d’un chèque de 100 euros au profit de l’épicerie solidaire du centre social de la Capelette « Chez Jeff » ! On dit bravo 🙂

www.biocoop-rouet-marseille.fr

Les fleurs en vitrail de Fanny

•••

Une belle découverte car c’est plein de poésie, de délicatesse, c’est tellement joli !… La jeune Fanny Germa a 26 ans et elle est amoureuse de la nature et plus particulièrement des fleurs qu’elle a pendant longtemps mis en scène dans ses photos avant de les créer avec des petits vitraux… Ce n’est qu’en février 2021 qu’elle découvre le vitrail et va se former à cet art aussi merveilleux que mal connu, dans son atelier installé dans la Drôme provençale, pendant deux années en simple autodidacte…. Puis bien sûr l’envie de retravailler les fleurs avec ce nouvel outil s’est imposé… En 2023 elle crée sa petite entreprise qui porte son nom et se lance dans la belle aventure ! Aujourd’hui on peut retrouver ses créations sur les marchés d’artisans et artistes principalement dans la Drôme ou acheter ses petites merveilles sur son site marchand. Elle fabrique aussi des bijoux, des pendentifs, des objets de décoration avec des animaux comme la cigale ou l’abeille… Mais coup de cœur pour ses fleurs : l’idée est vraiment originale et c’est aussi très écolo car on peut ainsi avoir des fleurs partout dans sa maison sans les couper ! Un petit monde rempli de fleurs, de poésie et de féérie qui fait du bien par les temps qui courent… on adore 🙂

www.fannygermavitrail.com

Les Résilientes, Emmaüs alternatives

•••

Les Résilientes ou comment mettre la créativité au service de l’insertion et le design au service de l’environnement ! Lancé en janvier 2017 à Montreuil en Seine-Saint-Denis par Eugénie de Larivière, ce studio de design en milieu d’insertion professionnelle a pour objectif est de créer collectivement des collections d’objets à partir de gisements de matière issus des dons faits à l’association Emmaüs Alternatives qui ne peuvent être vendus ou redistribués en l’état parce que trop abîmés et qui normalement partiraient à la benne… Il s’agit d’un joli pari que celui d’utiliser les méthodes pédagogiques du design à l’insertion sociale. On sait que la créativité possède des vertus thérapeutiques agissant de manière positive sur la confiance et l’estime de soi mais l’acte de design peut aussi permettre de développer des capacités et compétences très précieuses dans un processus d’insertion professionnelle durable. Composée de personnes en transition (salarié.e.s en voie d’insertion professionnelle et sociale, bénévoles en reconversion, stagiaires, services civiques…) l’équipe est dans un processus constant de transmission sur le principe de l’upcycling : toutes les collections sont faites selon un cahier des charges préétabli et dans une logique de circulation des idées et de co-design dans laquelle chaque membre du studio est actif, cela s’appelle de l’intelligence collective ! D’ailleurs faisons un peu de sémantique… Qu’est-ce que la résilience ? Sur le plan physique, il s’agit de la résistance d’un matériau après un choc et de sa capacité à retrouver sa forme après avoir subi une déformation et sur le plan psychologique, c’est la capacité psychique d’un individu à résister aux épreuves de la vie. Résilience de matière mais résilience humaine aussi !! On dit bravo 🙂

www.lesresilientes.com

Gamelles Sans Frontière, aider les animaux de compagnie

•••

« Nourrir et soigner les animaux de compagnie quelle que soit leur provenance »… voici le slogan de cette association. Créée en 2011 par deux amies passionnées par nos compagnons à 4 pattes et particulièrement sensibilisées aux difficultés que la cause animale peut rencontrer, Gamelles Sans Frontière est d’abord née en Espagne pour sauver les lévriers en récoltant des croquettes, des couvertures et des paniers dans les grandes surfaces… Il faut savoir que dans ce pays il n’existe aucune structure comme la SPA ni de subvention pour soutenir les associations venant en aide aux animaux domestiques, tout repose donc sur du bénévolat. Finalement, suite à un problème de transport avec l’Espagne, l’association qui s’occupe essentiellement des chats, chiens, lapins et rongeurs, s’est étendue en France pour aider les petits refuges manquant de moyens ou les particuliers en difficultés qui récupèrent des animaux abandonnés et elle est devenue officiellement Gamelles Sans Frontière ! L’association n’aide pas que les petits refuges, elle soutient également les animaux de la rue et leurs maîtres dans la précarité et recueille les animaux vagabonds pour les proposer à l’adoption car GSF n’est pas un refuge ! Leurs actions consistent surtout à organiser des collectes de nourriture pour les redistribuer et des campagnes de sensibilisation afin de récolter des dons. Pour ce faire, GSF collabore avec les intervenants sociaux et recherche toujours plus de partenaires, parrains et autres financiers engagés pour la cause animale… et dernièrement l’association a ouvert une antenne au Liban pour aider les animaux qui sont en première ligne de la catastrophe économique et sanitaire dans ce pays, ouvrant ainsi encore ses frontières 🙂

www.gamelles-sans-frontiere.org

Bienvenue dans la Maison des Semences Paysannes

•••

On est très loin de l’agriculture d’actualité de la FNSEA et ça fait du bien… « L’oignon fait la force ! » c’est le slogan de l’association de la Maison des Semences Paysannes Maralpines qui récupère, cultive et diffuse les semences paysannes de la bio-région des Alpes-Maritimes. Elle regroupe un collectif de paysans, jardiniers, chercheurs, chefs-cuisiniers, artistes, distributeurs, amapiens, consommateurs et simples citoyens qui autogèrent la biodiversité cultivée et ses savoir-faire associés. Elle gère ainsi collectivement et durablement des semences locales adaptées aux conditions « pédoclimatiques » de la région (c’est-à-dire des conditions communes au sol liées à la présence à la fois de la mer et de la montagne) et à une agriculture respectueuse de l’environnement. Pour ce faire, le collectif parcourt la bio-région en prospection de niches encore existantes de biodiversité cultivée pour collecter des variétés et documenter sur leurs histoires agronomiques et culinaires connues des paysans. Le but est de valoriser les semences paysannes en les étudiant et en sensibilisant les professionnelles comme le public sur l’intérêt économique, social et environnemental qu’elles représentent. La MSPM organise aussi des évènements autour de la promotion de cette gestion collective de la biodiversité cultivée : échanges, fêtes, dégustations, débats, projections… comme par exemple en ce moment le documentaire « Entre tes mains » d’Aurore Emaille. Transmettre des semences et tout le savoir qui va avec comme on l’a toujours fait – avant le règne de l’industrie agro-alimentaire, Monsanto Bayer et autres géants financiers de la malbouffe – est précieux. Une lutte pour notre souveraineté alimentaire et donc pour notre humanité toute entière : on dit un grand BRAVO 🙂

www.mspm.fr