l’actualité verte à Marseille

Les EarthPhone : allô la terre ?

•••

Bye-bye les SmartPhone, IPhone, etc, vive le EarthPhone ! Bon, c’est vrai que malgré une allure semblable et un même aspect, l’utilité n’est pas tout à fait la même… Avec votre EarthPhone vous restez en contact non pas avec la terre entière mais avec la nature ! Un EarthPhone est un objet d’art miniature dans une housse en bambou : il est fait de matériaux naturels provenant de votre lieu de naissance, de vos dernières vacances ou de votre endroit préféré. On peut en acheter un déjà tout fait ou se faire le sien : de la terre d’Afrique, du sable d’Australie, du bois des Landes, des écorces de séquoia, des petits cailloux d’Italie, des coquillages de la Mer du Nord… des petits trésors du monde entier, tout ce que vous rapportez de vos voyages et gardez dans des petits sachets, l’artiste Judith Dubois les utilise pour faire ses « téléphones terrestres ». On peut les toucher à l’envi, tout est bien collé et ne bouge plus et se reconnecter quand on veut à la nature, à nos rêves… Ils sont tous uniques, pas une seule personne ne peut avoir le même que vous, ils sont faits sur-mesure, se mettent dans une poche ou dans un sac et peuvent être pris dans la main pour déstresser ou s’évader un instant sur son « écran tactile » ! Exactement de la même taille, poids et du même format que notre téléphone, pas besoin de le recharger, de faire les mises à jour, des sauvegardes, de « liker » ou de regarder combien de « followers » vous suivent… quelle tranquillité, on est libre ! L’artiste en a déjà fabriqué des dizaines pour reposer les yeux et retrouver la paix intérieure. Un objet secret pour une petite méditation improvisée au bureau ou dans le métro avec la main dans le sac… et la version IPad existe aussi pour mettre son EarthPad son bureau et lâcher l’ordinateur de temps en temps. Tout pour se déconnecter de notre vrai téléphone et se reconnecter avec la vraie vie 🙂

« L’âge de la connaissance » d’Idriss Aberkane

•••

Un traité d’écologie positive ? On adore !! Et en plus quand ça vient d’Idriss Aberkane cet écrivain auteur intellectuel économiste conférencier… on aime encore plus ! Dans cet ouvrage l’auteur part du principe que l’ère industrielle a fabriqué deux gros mensonges responsables de la destruction du monde. Le premier c’est que la nature et l’emploi seraient incompatibles : il n’y aurait pas d’emplois dans les campagnes ni dans la nature. Le second c’est que produire et s’épanouir seraient inconciliables. Des idées erronées bien accrochées qu’il falloir démanteler pour pouvoir enfin associer économie et écologie au lieu de les opposer tout le temps (comme le font si bien nos politiques) et créer le monde de demain : un monde durable. Ce qui est bien avec Idriss Aberkane c’est qu’il considère toujours qu’une meilleure connaissance de la nature est la clé de notre avenir, donc la nature c’est en quelque sorte LA solution. « Comme la connerie, notre connaissance est infinie. Tout le contraire de notre système actuel fondé sur les hydrocarbures, dont la source finira inexorablement par se tarir. Ainsi l’économie de la connaissance nous assure un développement durable. Une révolution ! »nous explique-t-il. Selon cet auteur l’économie de la connaissance ne ressemble pas à l’économie, du moins pas à celle, vorace, que le monde développé ces dernières décennies, au contraire elle en défie toutes les lois sa matière première est inépuisable, elle favorise le partage et son pouvoir d’achat dépend de chacun de nous. Elle trouve ainsi des prolongements majeurs grâce au bio-mimétisme : c’est cet œuf d’oiseau qui inspire les satellites, cette peau de requin qui a changé l’industrie aéronautique, ce coquillage qui a bouleversé notre regard sur le cerveau… Bref un enjeu capital pour l’écologie en général, que ce soit pour la gestion des déchets ou la lutte contre la pauvreté, c’est cette économie-là qui peut changer nos vies et sauver la planète ! Bienvenus dans l’ère de la connaissance 🙂

"Lundi Vert" c'est parti !!

•••

« Le geste le plus puissant que l’on puisse faire pour la planète, c’est de devenir végétarien » nous dit notre cher Matthieu Ricard. Oui, mais tout le monde n’est pas prêt… C’est pourquoi nous soutenons tout particulièrement le grand mouvement « Lundi Vert » qui démarre ce lundi 7 janvier 2019 et qui nous semble très pertinent. C’est un appel général à ne plus manger de viande ni de poisson le lundi, tout simplement, et c’est très intelligent car cela s’inscrit parfaitement dans un monde en transition en permettant de faire un geste très important pour la planète à des personnes qui ne sont pas encore prêtes à devenir végétariennes à temps plein… Bien sûr le mouvement est suivi par des végétariens et même des vegans comme Aymeric Caron mais il offre une possibilité d’agir à ceux qui n’ont pas encore passé ce cap… Une façon aussi de se rendre compte que l’on peut se nourrir autrement et tout aussi bien car sur le site les adhérents vont être suivis, accompagnés dans leur engagement par des chercheurs (aides, messages, recettes, etc…). C’est un bel encouragement au changement de comportement alimentaire pour tous les français, et du 100 % gagnant : pour la planète bien sûr, l’élevage représente une des causes principales de déforestation, perte de biodiversité et utilisation massive d’eau ; mais aussi pour la santé des gens car on sait que la consommation de produits carnés augmentent considérablement les risques de cancer, diabète et obésité ; enfin c’est aussi une bonne nouvelle pour le respect des animaux aussi : inutile de revenir sur la cruauté dont nous faisons preuve dans les conditions d’élevage et d’abattage des bêtes. La campagne lancée par les chercheurs Laurent Bègue du CNRS – l’Université de Grenoble et Nicolas Treich de l’INRA Toulouse, reprend le modèle du « Meatless Monday » lancé dans une quarantaine de pays depuis 20 ans en y ajoutant le poisson. En effet aujourd’hui les poissons sauvages sont remplis de micro-plastique et mercure à cause de la pollution des océans et des rivières, et ceux d’élevage d’antibiotiques et autres pesticides : rien de très bon pour notre santé non plus ! Pas moins de 500 personnalités, artistes, scientifiques, sportifs, et intellectuels signataires initiateurs ont lancé l’appel : Juliette BinocheIsabelle AdjaniFrédéric LopezYann-Arthus Bertrand et tant d’autres… Une initiative qui espère séduire 500 000 inscrits dès cette année et on va y arriver ! Sans aucune hésitation c’est LA bonne résolution à prendre pour 2019 🙂

www.lundi-vert.fr

Anna Poulin et ses « Happy animals » !

•••

Nous sommes nombreux à rêver d’une planète où les animaux seraient heureux ! Hélas dans notre monde aujourd’hui, ce n’est pas le cas… et la faute à qui ? Ce n’est pas la question ici ! Alors en attendant un monde meilleur, Anna Poulin, artiste complète aux multiples talents, nous raconte de jolies histoires avec des animaux à travers ses œuvres d’art et ça nous fait du bien ! Anna vit à Marseille mais a fait ses études à Paris : designer de formation ESDI (Ecole Supérieure de Design Industriel), elle a évolué pendant quinze ans dans la direction de création principalement sur des projets innovants dans les domaines des jeux, de la mobilité, du multimédia et de la publicité. Parallèlement à cela elle a conçu et réalisé des œuvres plastiques telles que des mosaïques, craies, dessins, modelages et œuvres graphiques… Depuis 2010 elle s’oriente vers la sculpture et les animaux, toute imprégnée qu’elle est encore de son enfance en Vendée où « il y avait des champs colorés de papillons, des crevettes et des crabes qui faisaient leurs vies dans les mares, deux chiens teckels qui faisaient des tas de bêtises »… C’est encore tout cela qui nourrit ses créations d’aujourd’hui : un monde où les animaux vivent leurs vies ! Les bestioles d’Anna sont donc 100 % imaginaires car elles sont nées dans des rêves d’enfants, 100 % libres car elles ne connaissent ni les pesticides ni les barreaux et 100 % intelligentes puisque quand vous en « adoptez » une, vous aidez les autres animaux à être plus heureux en participant au développement des associations qui les défendent (L 214, WWF, 30 Millions d’amis, Animal Code, Four Paws…). Qui veut connaître le rêve de Poulpissimo, découvrir l’histoire de la Pêche à la crevette de deux teckels ou alors voir Lucky Cochon, le Joyeux Eléphanteau et le Panda Sweet Saï Saï ? Nous tous… les amoureux des animaux 🙂

Crédits photos : Baris Mark

www.annapoulin-sculptures.com

L’affaire du siècle : on demande justice climatique !

•••

Le climat c’est notre affaire à tous et du coup ça pourrait bien devenir « l’affaire du siècle » ! Quatre associations françaises – Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France – ont décidé d’assigner l’Etat français en justice devant le Tribunal administratif de Paris pour inaction face aux changements climatiques. Montée des eaux, fonte des glaces, multiplication des évènements météorologiques extrêmes et catastrophiques, extinction des espèces animales et végétales, destruction de la biodiversité… le climat nous concerne tous où que nous soyons sur cette planète et qui que nous soyons ! Les quatre associations de protection de l’environnement et de la solidarité internationale regroupées proposent cette action en justice via une pétition en ligne qui a pour ambition d’obtenir 2 millions de signatures. Le chiffre paraît énorme ? Non pas tant que ça vu qu’au 31 décembre on les frôle ! L’objectif est de faire reconnaître par le juge l’obligation de l’Etat d’agir pour limiter le réchauffement planétaire à 1, 5° C afin de protéger les Français face aux risques induits par les changements climatiques. Les associations ont pris exemple sur trois combats qui ont porté leurs fruits : au Pays-Bas où la justice a donné raison à l’Urgenda et les 886 citoyens qui ont entamé une procédure contre leur Etat et ordonné au gouvernement néerlandais de prendre des objectifs plus ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Au Pakistan, où un fils d’agriculteurs a fait valoir les droits de ses parents à préserver leur vie, leur santé et leur accès à l’alimentation. Enfin, en Colombie, 25 jeunes ont fait reconnaître par al Cour Suprême la nécessité d’agir contre la déforestation et pour la protection du climat. Soutenue par des personnalités comme Juliette Binoche, Cyril Dion ou Marion Cotillard, on ne sait pas encore ce que cette action va donner mais ON SIGNE TOUS et on dépasse l’objectif des 2 millions 🙂

www.laffairedusiecle.net

Les arbres aussi veulent dormir...

•••

Eh oui… les arbres sont des êtres vivants et intelligents, nous en avons souvent parlé chez Marseille Vert ! Et comme tous les êtres vivants, ils ont besoin de repos et de sommeil… même si ce n’est pas exactement le même sommeil que celui des humains, ils ont quand même besoin de l’obscurité pour se ressourcer. S’ils utilisent comme les plantes de photosynthèse qu’ils captent grâce à la lumière naturelle du soleil pour vivre et pousser, les scientifiques ont prouvé aujourd’hui que les arbres se reposent la nuit. Le problème est que notre pollution lumineuse les dérange… et celle-ci est en forte augmentation depuis 50 ans, ce qui a des conséquences graves sur les végétaux et sur les arbres. Or ils n’ont pas eu, en un demi siècle, le temps de s’adapter à cette nouvelle luminosité… L’éclairage nocturne de la planète a certains endroits a un impact sur la perception de la durée du jour par les arbres : la lumière artificielle allonge la journée pour eux, ce qui provoque une croissance continue, alors que pendant la nuit ils devraient cesser de croître. En hiver les végétaux entrent habituellement en dormance, ralentissent leur métabolisme et offrent moins de prise possible au froid par la chute de leurs feuilles notamment. Quand ils se trouvent à proximité des lampadaires, on a observé que les arbres restaient beaucoup plus feuillus et ces feuilles demandent des ressources pour se maintenir ce qui fragilise l’arbre qui devient plus sensible aux maladies et au gel. L’été, l’effet est le même sur les arbres feuillus : leur croissance est boostée par l’éclairage ce qui entraîne des feuilles plus larges et donc plus d’espace d’évaporation en cas de chaleur et cela peut rendre l’arbre plus sensible à la sécheresse. Les polluants atmosphériques sont aussi davantage captés par cette surface de feuilles supplémentaires. Bref des journées à rallonge qui perturbe les arbres comme les plantes qui ne savent plus quelle est la saison ni l’heure par rapport au soleil… ceci ajouté au réchauffement des températures, surtout dans les villes, tout cela est catastrophique pour les arbres et perturbe complètement leur système de floraison et de pollinisation qui s’en suit. Il est urgent de légiférer sur la pollution lumineuse ! Allo ? Monsieur le Ministre de l’écologie ? Vous nous entendez ? Nous on vous attend 🙂


« Après Demain » aussi bien Demain !

•••

On était fans du film Demain chez Marseille Vert : nous avons même été membre de « Marseille Demain », un collectif qui a organisé plusieurs projections du film dans notre ville suivies de présentation de solutions écolos locales ! Alors bien sûr on attendait Après Demain avec impatience… Pour rappel, le film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent a quand même fait plus d’un million de spectateurs en salle (un record pour un documentaire sur l’écologie), a obtenu le César du meilleur documentaire, a été diffusé dans plus de trente pays, à été projeté à l’ONU autant qu’à Nuit Debout… Cette fois Cyril Dion s’est associée à la journaliste Laure Noualhat et le fil conducteur du film est de faire le point trois ans après, de ce que le film Demain a engendré comme jolies histoires écolos… On embarque pour faire le tour des initiatives post-Demain : est-ce que le monde a un peu changé ? Beaucoup ? Pas du tout ? Est-ce que les solutions locales mises en place ont tenu bon et abouti : monnaies locales, projets citoyens d’énergie alternatives, nouveaux modèles de gouvernance des entreprises ?… Le bilan est partagé même si la bonne l’énergie du film est toujours là : de Liège à Grenoble, via Paris ou Bayonne, les projets citoyens, politiques et même ceux du monde de l’entreprise se multiplient comme Danone (eh oui le géant de l’agro-alimentaire!) qui cherche à décrocher une certification « B Corp », un label indépendant international qui couronne les efforts environnementaux et sociaux… Le documentaire nous explique aussi la grande difficulté, le défi, à changer de mode de vie. Une chose est certaine : le monde de demain (et celui d’après-demain !) et en route mais ce que l’on comprend bien à travers ce documentaire c’est que si l’on veut éviter la catastrophe, l’effondrement, il faudra que rapidement les citoyens, les politiques et les entreprises soient main dans la main car seuls, ni les uns ni les autres n’y arriveront. Donc tous ensemble nous avons, comme le dit si bien le réalisateur, à inventer la nouvelle Histoire du monde, un nouveau récit à écrire chaque jour, un peu partout sur la planète 🙂

« Demain entre tes mains »

•••

Quand Cyril Dion et Pierre Rabhi se retrouvent pour un ouvrage destiné aux enfants… petits et grands, on est tous ravis ! « Demain entre tes mains » publié chez Actes Sud Junior est vraiment une belle découverte. Pierre Rabhi, père et grand-père, né en Algérie, connaissait déjà le compost, les chèvres, comment faire pousser les légumes et aider ceux qui ont faim à se nourrir par eux-mêmes, quand il a rencontré à 70 ans Cyril Dion qui lui n’avait que trente ans et de jeunes enfants. Leurs différences ne les ont pas empêché de devenir amis et complices et ensemble ils ont fondé la superbe Association des Colibris qui travaille à la protection de la planète et de manière plus générale à vivre dans un monde « plus digne de l’intelligence de la vie » ! Aujourd’hui ils se sont remis ensemble à ce travail commun pour faire prendre conscience aux enfants du monde dans lequel ils vivent et comment ils peuvent le changer car ce sont bien eux qui le changeront ! Ils nous racontent leur rencontre, leurs expériences, leurs espoirs, leurs inquiétudes aussi… Ils nous disent aussi de jolies histoires et parfois nous donnent des éléments scientifiques très précis de l’état des lieux de notre belle planète bien abîmée par les hommes hélas !… On y trouve des contes, des métaphores, des poèmes, des proverbes comme par exemple le célèbre de Geronimo : « Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été pêché, alors on saura que l’argent ne se mange pas » ! Mais aussi des conseils, des directives, des réflexions… C’est très varié, très éclectique, très riche !! Il faut dire qu’il sont remarquablement bien accompagnés par de magnifiques illustrations parfois infantiles, d’autres fois plus matures : ce ne sont pas moins de 32 artistes au grand talent de l’agence Costume 3 Pièces qui ont participé à cette œuvre, souhaitant ainsi eux aussi témoigner de leur engagement ! En résumé nos deux écologistes engagés « t’invitent à comprendre, à travers ces récits, que la planète est confrontée à de nombreux dangers. Et tu peux, toi aussi, participer à préserver le monde où tu vivras demain, et construire l’avenir dont tu rêves. Car demain est entre tes mains » » A mettre vite, très vite, entre toutes les petites mains 🙂

Avec Céline Cousteau, l’histoire continue…

•••

Coup de cœur ! On l’a découverte dans son dernier documentaire diffusé récemment sur France 3, L’Aventure continue, dans lequel elle partait en Patagonie avec son équipe. Céline Cousteau fille de Jean-Michel du même nom est bien sûr la petite-fille du Commandant Cousteau et lui ressemble comme deux gouttes d’eau (sans jeu de mots !); elle a ses yeux et du coup c’est très émouvant pour nous! On la connaît peu en France car elle vit aux Etats-Unis (elle a même la nationalité américaine) où elle est mariée et maman d’un petit garçon. Elle a préféré se tenir loin des médias français « parce que vous aviez Nicolas Hulot et Thalassa » dit-elle… (entre parenthèses nous n’avons plus ni l’un ni l’autre !). Mais ici ou là-bas elle est depuis toujours engagée pareillement sur les pas de son aïeul pour la sauvegarde de la planète, à travers ses films, photos et documentaires. Dans ce dernier reportage, la militant écologiste qui a repris à son compte la devise dee son grand-père : « Nous protégeons mieux ce que nous avons appris à aimer », repart sur les chemins des expéditions mythiques du célèbre explorateur océanique et dresse un nouvel état des lieux des années après. A 46 ans, cette psychologue de formation reste malgré tout positive. Selon elle, si l’homme détruit considérablement la planète et les océans, quand il veut préserver la nature, il y arrive et et c’est ainsi que l’on voit des espèces en voie de disparition, réapparaître et reprendre pleinement leur place dès que nous faisons ce qu’il faut faire ! A l’heure du réchauffement climatique elle veut montrer que tout n’est pas forcément perdu : « Sans être bêtement optimiste s’il y a des glaciers qui fondent, il en existe au moins un qui avance. Et si de nombreuses espèces disparaissent, d’autres survivent et se développent ». Aujourd’hui sa collection de magazines, inspiré des travaux de son grand-père se veut comme un prolongement de son œuvre au féminin car Céline est resplendissante, chaleureuse, rayonnante et très humaine… La relève ne pouvait être mieux assurée 🙂

Solution ERA arrive en France

•••

Qui veut un habitat sain, écologique et autonome tout en restant abordable sur le plan finacier ? La réponse est simple : tout le monde !! Surtout dans notre région et particulièrement à Marseille par les temps qui courent… Solution ERA est un organisme de formation fondé par Francis Gendron au Québec où il a déjà largement fait ses preuves. Nous sommes donc ravis que le programme arrive en France et se développe grâce à Goulven Bazire en partenariat avec toute l’équipe québécoise : en effet la situation actuelle du changement climatique nous pousse à mettre en œuvre une transition majeure dans notre façon de concevoir et rénover nos habitats, autant que dans notre façon de consommer, de se nourrir ou de se vêtir. Solution ERA nous offre un formation claire et directement opérationnelle pour le grand public : inutile d’être un initié, un architecte, un spécialiste du logement… ERA c’est pout tout le monde ! La seule condition c’est d’être adulte et on a même découvert un nouveau mot à cette occasion : « l’andragogie », c’est comme de la pédagogie mais réservée à l’adulte… il n’y a pas que les enfants qui ont besoin d’apprendre ! Leur volonté est de nous proposer le plus possible d’alternatives et de solutions éthiques et durables en matière de logement. « Nous croyons qu’il existe des principes, une philosophie et un style de vie qui permettent de réactiver les forces véritables des êtres humains, afin de vivre plus heureux et ainsi incarner la solution dans une foule de contextes du quotidien » explique son fondateur. Et la particularité de Solution ERA est de donner accès à des connaissances technologiques qui sont un reflet de ces mêmes principes. Ainsi le programme de formation divise ses activités en trois grands secteurs : la philosophie des solutions, la santé optimale des habitudes de vie et les techniques éthiques et durables pour l’environnement. Tout un packaging totalement holistique car habiter sa maison, c’est habiter la planète mais c’est aussi habiter son corps et son esprit 🙂

Formez-vous au design de bâtiment écologique à Lyon dès janvier 2019, avec 6 week-end, soit 1 we/mois pendant 6 mois avec les meilleurs experts de leurs domaines :
http://solutionera.com/certificat-design-france/