l’actualité verte des entreprises

« Demain entre tes mains »

•••

Quand Cyril Dion et Pierre Rabhi se retrouvent pour un ouvrage destiné aux enfants… petits et grands, on est tous ravis ! « Demain entre tes mains » publié chez Actes Sud Junior est vraiment une belle découverte. Pierre Rabhi, père et grand-père, né en Algérie, connaissait déjà le compost, les chèvres, comment faire pousser les légumes et aider ceux qui ont faim à se nourri par eux-mêmes, quand il a rencontré à 70 ans Cyril Dion qui lui n’avait que trente ans et de jeunes enfants. Leurs différences ne les ont pas empêché de devenir amis et complices et ensemble ils ont fondé la superbe Association des Colibris qui travaille à la protection de la planète et de manière plus générale à vivre dans un monde « plus digne de l’intelligence de la vie » ! Aujourd’hui ils se sont remis ensemble à ce travail commun pour faire prendre conscience aux enfants du monde dans lequel ils vivent et comment ils peuvent le changer car ce sont bien eux qui le changeront ! Ils nous racontent leur rencontre, leurs expériences, leurs espoirs, leurs inquiétudes aussi… Ils nous disent aussi de jolies histoires et parfois nous donnent des éléments scientifiques très précis de l’état des lieux de notre belle planète bien abîmée par les hommes hélas !… On y trouve des contes, des métaphores, des poèmes, des proverbes comme par exemple le célèbre de Geronimo : « Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été pêché, alors on saura que l’argent ne se mange pas » ! Mais aussi des conseils, des directives, des réflexions… C’est très varié, très éclectique, très riche !! Il faut dire qu’il sont remarquablement bien accompagnés par de magnifiques illustrations parfois infantiles, d’autres fois plus matures : ce ne sont pas moins de 32 artistes au grand talent de l’agence Costume 3 Pièces qui ont participé à cette œuvre, souhaitant ainsi eux aussi témoigner de leur engagement ! En résumé nos deux écologistes engagés « t’invitent à comprendre, à travers ces récits, que la planète est confrontée à de nombreux dangers. Et tu peux, toi aussi, participer à préserver le monde où tu vivras demain, et construire l’avenir dont tu rêves. Car demain est entre tes mains » » A mettre vite, très vite, entre toutes les petites mains 🙂

Avec Céline Cousteau, l’histoire continue…

•••

Coup de cœur ! On l’a découverte dans son dernier documentaire diffusé récemment sur France 3, L’Aventure continue, dans lequel elle partait en Patagonie avec son équipe. Céline Cousteau fille de Jean-Michel du même nom est bien sûr la petite-fille du Commandant Cousteau et lui ressemble comme deux gouttes d’eau (sans jeu de mots !); elle a ses yeux et du coup c’est très émouvant pour nous! On la connaît peu en France car elle vit aux Etats-Unis (elle a même la nationalité américaine) où elle est mariée et maman d’un petit garçon. Elle a préféré se tenir loin des médias français « parce que vous aviez Nicolas Hulot et Thalassa » dit-elle… (entre parenthèses nous n’avons plus ni l’un ni l’autre !). Mais ici ou là-bas elle est depuis toujours engagée pareillement sur les pas de son aïeul pour la sauvegarde de la planète, à travers ses films, photos et documentaires. Dans ce dernier reportage, la militant écologiste qui a repris à son compte la devise dee son grand-père : « Nous protégeons mieux ce que nous avons appris à aimer », repart sur les chemins des expéditions mythiques du célèbre explorateur océanique et dresse un nouvel état des lieux des années après. A 46 ans, cette psychologue de formation reste malgré tout positive. Selon elle, si l’homme détruit considérablement la planète et les océans, quand il veut préserver la nature, il y arrive et et c’est ainsi que l’on voit des espèces en voie de disparition, réapparaître et reprendre pleinement leur place dès que nous faisons ce qu’il faut faire ! A l’heure du réchauffement climatique elle veut montrer que tout n’est pas forcément perdu : « Sans être bêtement optimiste s’il y a des glaciers qui fondent, il en existe au moins un qui avance. Et si de nombreuses espèces disparaissent, d’autres survivent et se développent ». Aujourd’hui sa collection de magazines, inspiré des travaux de son grand-père se veut comme un prolongement de son œuvre au féminin car Céline est resplendissante, chaleureuse, rayonnante et très humaine… La relève ne pouvait être mieux assurée 🙂

« Eloge du ver de terre » de Christophe Gatineau

•••

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le ver de terre ! Si de prime abord certains trouvent cet animal un peu dégoûtant… que nenni : c’est le trésor de la vie !! L’avenir de nos générations dépend même de lui si l’on en croit l’auteur de « L’Eloge du ver de terre » (publié chez Flammarion). Et on le croit volontiers : Christophe Gatineau est un agronome spécialisé en agriculture innovante, agro-écologie et permaculture. Il a déjà écrit plusieurs livres sur le sujet et anime le blog Le jardin vivant, preuves que ce monsieur semble sacrément bien renseigné ! Ce dernier ouvrage a été écrit par l’agronome pour faire prendre conscience à l’homme de son environnement. C’est vrai qu’on parle souvent des abeilles (beaucoup plus « sexy » ?!) comme élément clé de la biodiversité mais moins des vers de terre… Voilà qui est réparé : « Première biomasse animale terrestre, elle est l’un des premiers marqueurs de la biodiversité et de la bonne santé des sols, et sa raréfaction signe leur santé précaire, car un sol en mauvaise santé et à l’image d’un puits à sec ou d’un sein tari, il n’est plus nourricier. Etant donné que 95 % de notre alimentation dépend des sols et que les sols disparaissent avec les vers de terre sous les effets de l’érosion, elle–même amplifiée par leur absence, nul besoin d’un dessin pour saisir que nous leur préparons un destin funeste… » s’inquiète le jardinier. Destin funeste auquel nous serons forcément associés parce qu’avec leur disparition nous disparaîtrons nous aussi. Voici un essai inspiré et engagé sur le rôle et les vertus de cet animal pour prendre conscience que notre survie passe par la biodiversité… Un premier geste à faire chacun dans son coin ? Son compost !! Quand on a un jardin c’est facile, dans les villes ça se met en place doucement, et même en appartement maintenant c’est possible 🙂

Solution ERA arrive en France

•••

Qui veut un habitat sain, écologique et autonome tout en restant abordable sur le plan finacier ? La réponse est simple : tout le monde !! Surtout dans notre région et particulièrement à Marseille par les temps qui courent… Solution ERA est un organisme de formation fondé par Francis Gendron au Québec où il a déjà largement fait ses preuves. Nous sommes donc ravis que le programme arrive en France et se développe grâce à Goulven Bazire en partenariat avec toute l’équipe québécoise : en effet la situation actuelle du changement climatique nous pousse à mettre en œuvre une transition majeure dans notre façon de concevoir et rénover nos habitats, autant que dans notre façon de consommer, de se nourrir ou de se vêtir. Solution ERA nous offre un formation claire et directement opérationnelle pour le grand public : inutile d’être un initié, un architecte, un spécialiste du logement… ERA c’est pout tout le monde ! La seule condition c’est d’être adulte et on a même découvert un nouveau mot à cette occasion : « l’andragogie », c’est comme de la pédagogie mais réservée à l’adulte… il n’y a pas que les enfants qui ont besoin d’apprendre ! Leur volonté est de nous proposer le plus possible d’alternatives et de solutions éthiques et durables en matière de logement. « Nous croyons qu’il existe des principes, une philosophie et un style de vie qui permettent de réactiver les forces véritables des êtres humains, afin de vivre plus heureux et ainsi incarner la solution dans une foule de contextes du quotidien » explique son fondateur. Et la particularité de Solution ERA est de donner accès à des connaissances technologiques qui sont un reflet de ces mêmes principes. Ainsi le programme de formation divise ses activités en trois grands secteurs : la philosophie des solutions, la santé optimale des habitudes de vie et les techniques éthiques et durables pour l’environnement. Tout un packaging totalement holistique car habiter sa maison, c’est habiter la planète mais c’est aussi habiter son corps et son esprit 🙂

Formez-vous au design de bâtiment écologique à Lyon dès janvier 2019, avec 6 week-end, soit 1 we/mois pendant 6 mois avec les meilleurs experts de leurs domaines :
http://solutionera.com/certificat-design-france/

Ecosapin : un Noël vivant !

•••

Un sapin en pot à replanter après les fêtes… oui c’est possible ! Chaque année en France ce sont 5 millions de sapins qui sont jetés après les fêtes de Noël !! C’est du gaspillage qui coûte cher à notre planète. Une situation qui n’est plus possible de nos jours… Aussi pour ce prochain Noël ce serait bien de changer un peu nos habitudes… Ecosapin est une start-up fondée par Nans Benoît et basée à Marseille dans le quartier de Mazargues qui propose de vous livrer votre sapin de Noël planté, donc vivant, à votre domicile pour ensuite revenir le chercher après les fêtes et le replanter !! Mais quelle bonne idée ! Les clients peuvent choisir la date de livraison (entre le 26 novembre et le 21 décembre, soir et week-end compris) et différentes tailles et prix sont proposés. Des kits de décoration peuvent également être loués pour ne rien gaspiller, ne rien acheter. Une fois les festivités terminées, au mois de janvier, quand vous voulez, Ecosapin récupère l’arbre directement chez vous pour qu’il retourne parmi les siens et retrouve son milieu naturel, débute alors pour lui une seconde vie en terre pleine. Les sapins choisis avec le plus grand soin sont d’une très belle qualité : ce sont des Nordmann Fraseri beaucoup plus robustes en pot que les traditionnels Nordmann. Un service « clef en main » très pratique surtout quand on est en appartement !! Bien sûr le prix est un peu plus élevé que le traditionnel sapin « jetable » mais c’est tellement plus joyeux de savoir qu’on n’a pas abattu un arbre et qu’on a un peu de forêt vivante dans son salon pour les fêtes de fin d’année qu’on aurait bien tord de s’en priver !! Et c’est un beau cadeau de Noël que l’on fait à la planète 🙂

www.ecosapin.com

Une Boutik éphémère Antigaspi à Marseille

•••

Noël approche et la surconsommation qui va avec… très mauvais pour notre porte-monnaie, notre sérénité d’esprit comme pour notre belle planète !! Heureusement la BAG (Brigade Anti Gaspi) nous propose de vivre les fêtes autrement cette année et beaucoup plus intelligemment ! Après les deux salons organisés à Marseille avec grand succès, cette fois l’association a mis en place une « Boutik éphémère » aux Docks Village toujours dans la même optique de promouvoir les pratiques éco-responsables et de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Aujourd’hui nous avons tous envie de moins gaspiller mais nous ne savons pas toujours comment faire… C’est l’objectif de la BAG : nous donner des solutions vraiment concrètes pour que chacun y mette du sien avec des gestes et des outils simples, de tous les jours, et pour qu’ainsi on arrive à réduire sensiblement notre impact sur l’environnement tous ensemble. Voilà une belle opportunité de découvrir toutes les nouvelles initiatives à Marseille pour faire la chasse au gaspi ! Du 26 novembre au 31 décembre, tous les jours y compris les dimanches (sauf le 25 décembre !) de 10 heures à 19 heures, vous rencontrerez les nombreux acteurs du zéro déchet avec leurs idées et astuces souvent ludiques, vous pourrez aussi participer à plusieurs ateliers organisés pour vous former à ne plus gaspiller et vous pourrez même faire des super beaux cadeaux originaux parce que ce que font ces artisans ou artistes de la récup c’est souvent magnifique. Un mois de folie pour finir cette année en beauté… Lancement ce lundi 26 novembre à 17 h 30 et on vous attend tous ! C’est pas beau la vie Antigaspi ? 🙂

Les Docks Village, Entrée K
10 place de la Joliette, 13002 Marseille
Voir l’événement sur Facebook : @Antigaspi

Non au Black Friday, oui au Green Friday !!

•••

L’alternative au Black Friday (qui nous vient tout droit des Etats-Unis) ou « Jour de la consommation » ? Le Green Friday bien sûr bien français qui revient pour la deuxième année !! Parce que le black Friday est une belle arnaque : il s’agit de nous faire croire aux bonnes affaires en cassant les prix alors qu’ils sont gonflés toute l’année par des entreprises qui sur-margent. Le résultat c’est un encouragement à la surconsommation le temps d’une journée et c’est exactement tout ce qu’on déteste chez Marseille Vert !! C’est mauvais pour la planète comme pour notre tête… Alors on dit NON à la surconsommation et devenons des « consom’acteurs » ! Le Green Friday est un collectif d’associations et d’entreprises qui a été créé l’année drnière avec le soutien de la Ville de Paris, pour faire grandir le mouvement en faveur de la consommation responsable. L’idée du Green Friday est venue de Claire Chouraqui fondatrice avec Diane Scemama de Dream Act, une e-boutique de marques responsables. Les deux filles ont fondé cette plate-forme web de la consommation engagée pour aider et pousser au changement de consommation en France. Que ce soit en cosmétiques, vêtements, décoration… tous les produits sont éthiques, fabriqués par des artisans qui respectent la planète, l’environnement et le vivant. Commerce équitable, circuit court, made in local, environnement, santé, lien social, vegan, zéro déchet, et même éducation ou réinsertion, le site pense à tout ce qui est bon pour nous tous quand on achète. Alors le vendredi 23 novembre en même temps que le Black Friday toutes les marques engagées du Green Friday ne proposeront pas de remises mais s’engagent à reverser 15 % de leur chiffre d’affaires du jour à des associations. Du coup en cette journée, vous n’achetez pas parce que c’est moins cher mais parce que c’est écolo, que ça a du sens et que c’est solidaire ! Tout ce qu’on aime 🙂

Attention On est prêt !

•••

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. C’est d’ailleurs toujours comme cela que ça s’est passé » : merveilleuses paroles de Margaret Mead parfaites pour illustrer la naissance d’un nouveau mouvement : ON EST PRÊT ! Au départ c’est presque une bande de potes, 60 youtubers qui se sont lancés (dont le célèbre Norman qu’on adore !). Ils partent tous du principe que l’on peut changer le monde et que nous avons même la chance d’être la génération qui peut sauver la planète ! L’histoire prouve que toutes les mobilisations qui ont réuni 3,5 % de la population seulement ont réussi à faire basculer un système et en France cela représente 2,5 millions de personnes. Dans leur Charte ils nous invitent à relever le Grand Défi en s’adressant particulièrement aux jeunes dans un message très simple : « La température moyenne à la surface de la terre est en train d’augmenter, un peu plus vite chaque année. Déjà un degré de plus qu’en 1850. Ça peut sembler minuscule. Mais c’est énorme. C’est l’effet papillon. Si on dépasse les 1, 5° d’augmentation, tout change. Faire du surf. Voyager. Jouer aux jeux vidéo. Boire du café, manger du chocolat. Aller au cinéma… Tout ce qu’on aime faire dans ce monde et qui nous paraît évident aujourd’hui, tout ça pourrait devenir impossible dans les quelques années à venir ». Et leur Grand Défi c’est plein de petits défis, ils nous proposent donc à partir du 15 novembre pendant 30 jours de vivre ensemble des solutions concrètes, simples et faciles pour que chacun puisse y participer : devenir zéro déchet, rejoindre une association, faire du vélo, diminuer la viande, aller dans une banque qui ne finance pas les projets fossiles, écrire à votre maire, baisser la chauffage… que des petits gestes que nous pouvons tous faire. Il faut tous suivre ce challenge sur les réseaux sociaux ! Chez Marseille Vert on vous suit et à fond 🙂

onestpret.fr

Jean-Jacques Fasquel, maître-composteur

•••

Comment changer de vie pour être plus heureux et faire du bien à la planète ? Suivez l’exemple… Jean-Jacques Fasquel était directeur du centre commercial Bercy Village il y a quelques années, il est aujourd’hui « maître-composteur »… en voilà un beau grand écart : comment passer de la consommation polluante à la création nourrissante ! Petit à petit l’homme qui commence à se passionner pour l’écologie a décidé de changer de vie : il quitte son poste et se met à changer son alimentation, sa banque, son électricité… et ses poubelles. Non seulement bien sûr il trie ses déchets et essaie même de ne plus en produire, ou le moins possible, mais surtout il s’intéresse de plus en plus au compost. Il a d’abord appris sur le tas, au fond de son jardin, avec du bon sens, des informations récupérées ça et là et de l’intuition, avant d’aller suivre une formation en Belgique de 2009 à 2011. Aujourd’hui il est expert en la matière car composter est tout un art qui s’apprend et se transmet, et c’est dorénavant ce qu’il fait avec passion, car maître-composteur est devenu une « vraie profession » – un peu grâce à lui d’ailleurs – qu’une centaine de personnes exercent actuellement en France. On peut devenir maître-composteur après une formation qu’a défini l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), aidée par Jean-Jacques Fasquel justement. C’est en 2008 qu’il a ouvert le premier site de compostage collectif à Paris rue de Reuilly dans le 12ème arrondissement, on en compte plus de 300 aujourd’hui dans la ville. Lui travaille maintenant pour la Coopaname (une coopérative d’emplois), il est consultant en développement durable, il donne également des conférences, accompagne des projets d’installation de composteurs, forme des collectivités locales, des bailleurs, des régies de quartier, des associations de locataires, établissements scolaires ou retraites… il écrit même des livres (Composter en ville, éditions Rustica) ! Il gagne 2 000 euros par mois, moitié moins que dans sa vie d’avant mais se dit mille fois plus heureux et on le croit. Sa vie a du sens et il est amoureux de ce qu’il fait, toujours guidé par cette volonté de transformer nos déchets organiques. Pour lui nos poubelles sont un trésor ! Il propose de comprendre le mot ordure en deux mots : l’or dure… en plus il parle le langage des oiseaux ?! On l’adore 🙂

@Crédit Photo : AnneLore Mesnage

Nous voulons des coquelicots !

•••

On adore les coquelicots chez Marseille Vert donc bien évidemment on adore aussi ce nouveau mouvement qui est né le 12 septembre 2018 avec une association et un appel à signer une pétition pour l’interdiction des pesticides en France ! Au départ c’est une quinzaine de bénévoles qui se sont regroupés avec cette belle idée, parmi lesquels une directrice de crèche retraitée, des décorateurs, une étudiante, une céramiste, deux paysans, une enseignante, une psychanalyste, des membres d’ONG et deux journalistes : Fabrice Nicolino et François Veillerette qui signent un livre du même nom aux éditions Les Liens qui Libèrent. Aujourd’hui la pétition a atteint, au moment où nous écrivons, 331 345 signatures et a pour objectif en 2 ans 5 millions de signatures. Bien sûr nous avons signé immédiatement et invitons tout le monde à en faire autant pour qu’un jour les pesticides soient interdits en France… alors nous n’aurons plus besoin de labels, plus besoin de parler de Bio : nous n’aurons plus besoin de manger des pommes Bio nous mangerons enfin des pommes 🙂

Voici l’appel :
Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises.
Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.
Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards ; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection. Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides en France. Assez de discours, des actes.

Pour signer : c’est ICI.