Author archives: Agnès Olive

L'Archipel du Vivant : tout pour changer le monde

•••

Parce que plus personne n’attend rien des politiques, des multinationales et encore moins du système économique et financier… c’est à nous les citoyens de changer le monde !! Et il ne faut plus attendre pour écrire la nouvelle histoire : c’est ce que Jean-Christophe Anna a bien compris quand il a créé récemment L’Archipel du Vivant. Après un burn-out alors qu’il menait une belle carrière dans les ressources humaines, Jean-Christophe a décidé de tout changer : sa vie d’abord et ensuite aider à changer celle des autres… Avec L’Archipel du Vivant il a souhaité fédérer les gens en conversion, réunir toutes les informations utiles pour changer de vie, découvrir toutes les alternatives au système dominant actuel et comprendre aussi tous les grands enjeux de notre temps… Car souvent nous aspirons profondément à ce changement, nous le ressentons intuitivement mais nous ne savons pas comment faire, comment nous y prendre ? Partage (dans le site web ressources), résilience (recherche, design et accompagnement des territoires à l’anticipation des risques systémiques) et émancipation (mise en place de piliers sociétaux alternatifs) : voilà l’ambition du mouvement. Sur le site vous trouverez des annuaires, des fiches pédagogiques, des kits pratiques, des formations… si vous voulez savoir ce que c’est que la théorie de l’effondrement, apprendre la permaculture ou la communication non violente, vous aurez tout ce qu’il nous faut pour détricoter l’ancien monde et refaire le nouveau monde plus beau, plus vert, plus solidaire, plus humain tout simplement. Ne restons plus les bras croisés dans une simple « transition » écologique, il est trop tard, nous avons besoin maintenant de faire la « révolution » ! Avec L’Archipel du Vivant on vous dit comment tout envoyer bouler avant que ce soit la planète elle-même qui nous envoie valser 😉

www.archipelduvivant.org

Les "Coiffeurs Justes" nettoient les océans

•••

Le saviez-vous ? On peut dépolluer les océans avec des cheveux !! En effet les scientifiques ont mis au point un procédé pour absorber les hydrocarbures dans les océans grâce à la texture des cheveux rassemblés dans des boudins. Les cheveux filtrent et dépolluent l’eau en mer comme dans les ports. Quand on sait que tous les jours des milliers de coiffeurs coupent des cheveux et tous ces cheveux sont jetés et gaspillés… Thierry Gras, artisan coiffeur depuis trente-deux ans dans le Var et passionné de nature, a eu la super bonne idée de créer cette association des « Coiffeurs Justes » pour fédérer tous les coiffeurs en France qui ont envie de s’engager et de faire un geste pour la planète. Aujourd’hui le collectif compte plus de 150 salons de coiffure français de Paris à Marseille en passant par Toulouse ou Lyon, qui récupèrent leurs cheveux coupés et les renvoient dans des sacs appropriés. Lors du naufrage du Wakasio à l’île Maurice l’été dernier on a pu voir sur des vidéos l’efficacité des ces boudins pour protéger le littoral du pétrole qui se déversait sur les côtes mauriciennes dans une énorme marée noire… Voilà un très beau projet qui crée aussi de l’emploi car c’est du personnel en ESAT qui travaille à la transformation des cheveux récoltés en boudins à cheveux tout en participant à la sensibilisation des clients dans les salons de coiffure à la protection de l’environnement. Un grand bravo à tous ces coiffeurs au grand coeur 🙂

www.coiffeurs-justes.com

et vous pouvez voter pour aider l’association sur la Fabrique Aviva ICI.

10 milliards à table, une seule planète

•••

Nous serons 10 milliards de bouches à nourrir sur cette planète en 2050 ! Comment va-t-on faire ? C’est la question que se pose Juliette, Lucie et Julie, trois jeunes femmes de l’ESCP, une des plus grandes écoles de commerce de Paris, avec leur projet intitulé 10 milliards à table ! Initialement prévue en Asie, l’aventure s’est finalement recentrée sur l’Europe, et c’est tant mieux puisque l’Union européenne vient de s’engager dans une politique ambitieuse qui doit nous garantir la sécurité et la qualité des nos aliments… Il y a plusieurs thèmes importants qui touchent à la nourriture : notre santé, la planète, l’économie, la cuisine… et autant de défis à relever dans le futur. Les trois amies, passionnées autant par les questions d’écologie que d’alimentation, ont eu envie de faire une pause avant leur dernière année de master pour travailler auprès des acteurs de l’alimentation durable et découvrir leurs projets innovants et inspirants. Pour ce faire elles vont suivre tout un cycle pendant plusieurs mois de la fourche à la fourchette ! Car repenser l’alimentation de demain est un vaste sujet qui demande une réflexion sur tous les maillons de la chaîne alimentaire : la production agricole, la distribution territoriale, la sélection des aliments ou la revalorisation des déchets. Aussi leur projet s’articule autour de 4 axes en 4 étapes et dans 4 pays différents : d’abord avec « la fourche » elles vont apprendre à cultiver la terre durablement en travaillant dans des fermes bio au Royaume-Uni ; ensuite avec « le panier » elles vont repenser nos apports en protéines à Copenhague dans l’entreprise Nordic Snails qui veut remplacer la viande par les escargots ; puis avec « la fourchette » elles s’intéresseront à comment faire de l’alimentation un facteur d’inclusion sociale, en travaillant six semaines dans la chaîne Tunco à Oslo qui propose de la nourriture saine et durable à tous (chaque repas vendu offre un repas à un enfant dans le besoin) ; enfin avec « la poubelle » elles s’occuperont de gaspillage alimentaire et de recyclage chez Real Junk Food Project à Berlin qui récupère les invendus des supermarchés pour les redistribuer à des associations. Tout un périple qui sera sûrement très inspirant pour d’autres acteurs de la transition écologique et alimentaire, que ce soit en France ou ailleurs. Quand on voit les jeunes d’aujourd’hui qui sortent des grandes écoles s’intéresser autant à l’écologie et s’investir à ce point dans la construction du monde de demain on se dit qu’on est sauvés !! Bravo les filles 😉

Pour soutenir le projet : c’est ICI.

Des mini tableaux pour une grandeur Nature

•••

Voici une belle invitation à la slow life : ralentir, regarder avec précision et remarquer les petites choses de la vie… L’artiste américaine Mckay Lenker Bayer crée des œuvres en minuscule non seulement adorables car elles nous renvoient directement à notre monde enfantin mais aussi intéressantes cela elles nous donnent à réfléchir… Si les hommes ont tendance à se prendre pour des géants invincibles sur la planète, la plasticienne nous remet vite à notre place de lilliputien ! Avec elle nous sommes tout petits, nous les êtres humains, sur cette grande terre, pas plus grands que des insectes. Pour exposer son travail l’artiste organise des micro-expositions où les œuvres sont à hauteur de plinthes ou posées par terre, ce qui nécessite parfois de s’asseoir voire même de s’allonger avec une loupe dans la main pour les regarder correctement. C’est un peu comme quand on regardait évoluer et travailler des fourmis dans une fourmilière quand on était petits et qu’on se mettait à leur niveau pour mieux les observer. Ainsi le but de ces créations artistiques est de mettre tout à l’échelle dans l’organisation de leur exposition, ce qui permet de faire vraiment sortir le public de sa taille humaine. L’avantage c’est que les expositions se déroulant dans des lieux publics comme les rues, les bibliothèques ou les cafés, tout le monde peut en profiter et les mini œuvres sont très peu chères ; on peut les acquérir pour des tarifs allant de 25 à 85 euros. La créatrice fait la part belle à la nature et aux animaux : sur certaines copies de tableaux célèbres comme La Joconde ou La Jeune fille à la perle, des animaux remplacent les visages humains, ce qui ajoute encore à la fantaisie juvénile. Petits tableaux, grand kiffe 😉

FB : tiny art show
Instagram : @tinyartshow

Les Maisons (vertes) de Vincent

•••

Quand l’écologie se met au service du social… les deux sont tellement liés que la boucle est bouclée ! L’Association des Maisons de Vincent, créée par l’actrice réalisatrice et productrice Hélène Médigue, et parrainée par Nicolas Hulot et Isabelle Carré, a pour but de déployer plusieurs lieux de vie et d’accueil adaptés pour les adultes atteints du trouble du spectre de l’autisme, avec en fond de toile de l’agro-écologie car il s’agit de d’offrir la possibilité aux résidents de se soigner en travaillant la terre tout en participant eux aussi à la transition écologique. Les Maisons de Vincent accueilleront des petits groupes de six à dix adultes autistes dans des lieux agréables et familiaux pour les accompagner pleinement dans leur quotidien et favoriser leur épanouissement grâce à une prise en charge médico-sociale chaleureuse et bienveillante adossée à une vie agricole. L’idée est de leur permettre d’avoir des activités en lien avec les agriculteurs locaux, de travailler dans des fermes écologiques partenaires ou de s’impliquer dans la distribution de produits frais et locaux ; un travail de maraîchage qui sera le socle thérapeutique et pédagogique des lieux d’accueil, incluant notamment l’apprentissage des techniques de maraîchage-jardinage, la vente à la ferme ou sur les marchés locaux ainsi que la réalisation au rythme des saisons de projets divers comme des ateliers de petites transformations des produits en confitures, soupes ou plantes médicinales. L’Association souhaite développer plusieurs maisons : la première ouvrira à Mers-les-Bains, dans la Somme et deux autres sites sont actuellement identifiés pour de prochains lieux, à Lesperon, dans les Landes, et près d’Avranches en Normandie. Un magnifique projet qui relie l’humain à la Mère Nature et nous réconcilie tous un peu plus avec le vivant 🙂

www.maisonsdevincent.com

Crédit photo @Christophe Lartige

Plus Belle La Ville à Marseille

•••

Créé par le studio de jeux vidéo Exkee à Marseille, Plus Belle La Ville est un jeu gratuit disponible sur mobile et tablette. Inspiré de « Où est Charlie ? », le but du jeu est de retrouver les personnages de la célèbre série Plus Belle La Vie cachés dans différents quartiers typiques de Marseille en mettant en avant des thématiques éco-citoyennes au travers d’objectifs secondaires présents dans chaque niveau. Une véritable partie de cache-cache s’instaure dans un monde urbain qu’on veut plus vert. Ainsi le jeu permet aux personnes sensibles à l’écologie de rendre la ville de Marseille plus belle et plus propre en réalisant des gestes éco-responsables comme le recyclage, les transports doux ou des économies d’eau et d’énergie. On peut ainsi explorer les quartiers emblématiques de la ville, fouiller les rues animées et pittoresques pour retrouver les personnages de la série. On peut aussi débloquer des nouveaux niveaux et révéler des endroits secrets en réalisant les gestes écolos pour gagner des points bonus ! Déchets, recyclage, économie d’énergie et d’eau, transports propres, tout est prévu même la civilité !! Une manière ludique à la fois de découvrir Marseille et à la fois de sensibiliser à la green attitude. Faites vos jeux 😉

Facebook : Plus Belle La Ville
Instagram : @plusbellelaville

Lionel Borla, on dirait le Sud

•••

Lionel Borla a plusieurs cordes à son arc et autant de couleurs à sa palette ! La musique avec notamment le piano, le dessin, l’architecture, la peinture, les aquarelles, les encres, la photographie, l’écriture, le graphisme, le numérique… il a exploré et continue d’explorer tous les outils à sa portée, tout ce qui peut servir de support à son incroyable créativité. Après avoir passé sa jeunesse à Menton où il est né, il a grandi en apprenant le piano tout en s’exerçant à dessiner et opte finalement pour des études d’architecture à Marseille où il s’installe. Mais lors d’une visite de l’exposition rétrospective de Georges Braque à la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence, il a une révélation devant une toile : il veut devenir peintre. Il déclenche alors un travail pluriel, joyeux, riche en diversité et en production. Artiste complet et éclectique, fasciné par la beauté du monde, il demeure très inspiré par les paysages méditerranéens, et on retrouve dans nombreuses de ses œuvres la lumière, le soleil, les couleurs provençales, les pinèdes, les plages, les baignades, les calanques, la Sainte-Victoire ou les symboles architecturaux marseillais tels que le MuCEM ou la Bonne Mère ! Aujourd’hui il est reconnaissable pour ses personnages qui nous rappellent ceux de Matisse ou de Folon, toujours un peu mal adaptés à leur environnement, on dirait qu’ils sont posés là, sans être jamais totalement intégrés au paysage… des pingouins dans le sud, malhabiles, maladroits et toujours décalés par rapport à une nature, elle, musicale, florissante et exubérante de joie, ça ressemble à l’histoire de l’humanité ! Un touche-à-tout aux doigts d’or qui n’a pas fini d’inventer et de jouer sur les mots : aujourd’hui il peint avec des « pin-ceaux » qu’il crée avec des aiguilles de pin… on adore 😉

Sur Facebook : Lionel Borla

ETRE, les Ecoles de la TRansition Ecologique

•••

La transition écologique se développe depuis plusieurs années en France (tant bien que mal !) en créant de nombreux nouveaux emplois et on prévoit une expansion majeure des métiers de la nouvelle économie verte dans les dix années à venir avec un million d’emplois créés. ETRE, les Ecoles de la TRansition Ecologique, soutenu par la Fondation Nicolas Hulot et à l’initiative de l’Association 3PA près de Toulouse, est un merveilleux projet qui sensibilise les jeunes en difficulté aux métiers verts – agriculture, éco-habitat, entretien espaces verts… Souvent si les jeunes sortent du système scolaire sans diplôme et se retrouvent au chômage, c’est tout simplement par manque d’intérêt pour la formation « traditionnelle ». Beaucoup ne voient pas le sens de ce qu’on leur apprend et on les comprend ! Ces écoles proposent de remobiliser les jeunes dans des projets d’avenir qui ont du sens en les sensibilisant aux enjeux de développement durable et en leur proposant des formations professionnelles de terrain pour leur permettre de développer leur compétences. En plus ils vont trouver facilement un emploi à la sortie de l’école qui les accompagne dans leur démarche d’insertion en leur proposant une première expérience dans les secteurs des métiers verts et verdissants. C’est le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) qui définit ces métiers verts appelés aussi « cols verts » : il s’agit d’emplois dans l’agriculture, l’industrie manufacturière, la recherche et le développement, l’administration et les services qui contribuent à préserver ou restaurer la qualité de notre environnement. Cela concerne donc entre autres tous les métiers qui participent à préserver les écosystèmes et la biodiversité ainsi que la réduction de la consommation d’énergie ou de diminution de la pollution, bref c’est large ! On retrouve ces métiers dans tous les secteurs de l’économie finalement. Une première école a été créée en Occitanie (Lahage), puis quatre autres sont nées sur le territoire français. Le but est d’en avoir une à terme dans chaque région de France, car l’avenir de la planète appartient à cette jeunesse-là 🙂

www.ecole-transition.eu

Quadra Terra, le potager facile

•••

Quelle bonne idée !! Le jardin potager n’est plus réservé aux initiés, ce n’est plus un sacerdoce, ce n’est plus aussi compliqué qu’on le croit, ça peut être accessible pour tout le monde, facile, simple… Créé par trois amis d’enfance, Quadra Terra est la première strat-up démocratisant le potager naturel, tout en tenant compte des contraintes de nos vies actuelles. Elle nous offre la solution permettant à tous de cultiver avec succès ses légumes en bio, sans pour autant modifier sa vie et ses habitudes… et du coup c’est un accélérateur de petite agriculture. La planète en a besoin, ses habitants aussi ! Il s’agit pour les entrepreneurs de commercialiser et d’installer un système révolutionnaire de potager en bio conçu pour les particuliers, même s’ils doivent s’absenter. Tout est prévu : l’arrosage, le désherbage, la lutte contre les limaces… il ne reste que le plaisir de la cueillette et de la découverte ! Le système ne demande que deux fois quinze minutes d’entretien par semaine et tout fonctionne tout seul. Suivant la région, le potager Quadra Terra peut produire jusqu’à 200 kg de légumes bio par an. C’est parfait pour les novices et les petits jardins mais l’offre s’adapte aussi à des projets plus ambitieux… Pour tous ceux qui vivent avec un peu d’espace en jardin mais qui ont été depuis des générations coupés du monde de la culture de la terre, c’est la solution idéale pour la découvrir 🙂

www.quadra-terra.com

Grainette, bombes à fleurs

•••

Il faut sauver les abeilles ! L’agriculture intensive et l’urbanisation sont les deux causes profondes du déclin des abeilles. Entre l’usage massif des pesticides, la suppression des haies et la bétonisation de nos espaces de vie, nous massacrons la nature et, comme d’autres espèces, les abeilles sont privées de leurs habitats et de leurs ressources alimentaires : les fleurs. Ainsi Hugo Rivier et Thomas Balana, deux ingénieurs et amis de longue date, ont décidé d’entreprendre pour sauvegarder la biodiversité et plus particulièrement les insectes pollinisateurs comme les papillons ou les abeilles indispensables au maintien des écosystèmes et de notre sécurité alimentaire. Pour ce faire ils ont créé Grainette, une capsule végétale contenant des graines de fleurs qu’il suffit de lancer sur un coin de terre ensoleillé en attendant que la pluie fasse le reste… même pas besoin de l’enterrer ! Les deux entrepreneurs se sont inspirés d’une technique utilisée en Egypte antique puis démocratisée dans les années 50 par le célèbre agriculteur japonais Masanobu Fukuoka. Ils ont décliné la méthode en faveur des insectes butineurs, remplissant chaque capsule d’un cocktail de fleurs locales et mellifères qui apporte une grande quantité de pollen et de nectar et en plus ça embellit les paysages ! Quelle bonne idée !! Bientôt une offre à destination des particuliers sera disponible mais pour commencer la start-up marseillaise a choisi de travailler avec les entreprises pour créer des campagnes de sensibilisation engagées : les bombes à fleurs sont conditionnées dans des sachets personnalisés sous forme d’objets promotionnels. Adieu les goodies made in China pour les cadeaux de fin d’année, vive les grainettes 😉

www.grainette.com