Recréer une forêt telle qu’elle était il y a très longtemps dans le Tarn… c’est le fabuleux projet Silva de deux garçons au nord d’Albi : Yann Roques, historien-archéologue et Alexandre Leuger, cinéaste passionné d’écologie. On adore !! Car replanter des arbres en mode monoculture, c’est-à-dire avec seulement une ou deux essences, comme on le fait le plus souvent en France, ce n’est pas bon du tout pour la biodiversité. Pour celles et ceux qui ont eu la chance de voir le film « L’intelligence des arbres » (http://www.marseillevert.fr/lintelligence-des-arbres-fascinant/) on sait qu’une forêt, c’est tout une organisation diversifiée merveilleusement intelligente mais aussi interdépendante et qui a besoin de cette multi-diversité pour fonctionner. Les deux tarnais l’ont bien compris et eux ont décidé de recréer une forêt indigène, une vraie forêt, authentique, avec toutes les espèces qui étaient présentes dans le département de manière naturelle, vanta que l’homme n vienne tout détruire, abîmer, déplacer… ce qui leur fera planter environ 30 000 arbres d’ici la fin de l’année. « J’habite au centre d’Albi et cela fait un an que je n’ai pas vu d’oiseau, la biodiversité s’effiloche » explique Yann qui est très calé sur la question… car il faut avoir un sacrée dose de connaissances sur l’histoire des forêts, des terrains et de la botanique pour se lancer dans un projet pareil ! Pas de noyers car ils sont été importés par les Romains paraît-il, mais des chênes verts ou des peupliers noirs, endémiques de la région. Au total ce sont quarante essences qui seront plantées et qui vont pouvoir abriter une nouvelle faune, mais pas n’importe comment non plus. Tout sera planté selon la méthode Miyawaki, du nom d’un botaniste japonais : « C’est plus dense : là où une forêt classique compte un millier d’arbres maximum par hectare, nous, il y en aura 30 000 sur seulement un hectare, et la sélection se fera naturellement » ajoute Yann. Un projet qui va permettre lorsqu’il aura abouti, en plus de redévelopper la biodiversité, de produire 750 tonnes d’oxygène par an et compenser donc 4 500 000 km effectués en voiture. Pour financer Silva ils ont lancé une campagne de financement sur la plateforme Leetchi : on fonce 🙂

ça vous a plu ? Partagez !