Philosophe, sociologue, historien, écrivain à succès, Frédéric Lenoir a décidément plusieurs cordes à son arc… mais il est surtout médiatisé comme le « Monsieur Religion » ; il faut dire qu’il a longtemps dirigé le magazine Le Monde des religions et animé l’émission Les Racines du ciel sur France Culture, ceci explique peut-être cela… Il est finalement beaucoup moins connu pour son engagement écologique et surtout en faveur de la protection animale… Pourtant cela ne date pas d’hier : en 1992 il participe déjà à l’association « Environnement sans frontières » et en 2003 il publie un livre d’entretiens avec Hubert Reeves, intitulé Mal de Terre qui lance un cri d’alarme face aux menaces pesant sur la planète. Etant particulièrement sensible à la souffrance des animaux, il milite depuis toujours pour une reconnaissance du statut juridique de l’animal comme « être sensible » ne pouvant être traité comme une « chose ». En 2013 avec l’association 30 Millions d’Amis il a cosigné avec 23 intellectuels un manifeste pour modifier l’article 528 du Code Civil qui définissait les animaux comme « des biens meubles ». La pétition qui en a suivi a recueilli 800 000 signatures et finalement un amendement voté en 2015 reconnaît aujourd’hui les animaux comme des « êtres doués de sensibilité ». L’année dernière il a publié un nouvel ouvrage : Lettre ouverte aux animaux (et à ceux qui les aiment). Au printemps, à l’occasion de la sortie du film La Terre vue du cœur que nous avons adoré chez Marseille Vert (http://www.marseillevert.fr/la-terre-vue-du-coeur-pour-tomber-en-amour/), documentaire où il va retrouver encore une fois son ami Hubert Reeves, nous avons rencontré Frédéric Lenoir de passage à Marseille. L’auteur nous disait être « flexitarien », ne consommant pratiquement plus de viande et encore un peu de poisson : « Il n’est pas immoral de manger des animaux, nous confiait-il, les animaux se mangent bien entre eux et ce n’est pas immoral, ce qui est immoral c’est d’élever des animaux pour les exploiter, de les faire souffrir pour notre propre consommation. Les deux choses immédiates à faire c’est d’arrêter l’élevage industriel intensif ainsi que la pêche industrielle ». C’est avec beaucoup de justesse qu’il explique ainsi : « C’est le combat qu’il fait mener car il peut être gagner alors que si nous proposons aux gens de devenir tous végétariens, la majorité ne suivra pas, ce n’est donc pas la bonne méthode »… ça fait du bien aussi d’entendre des discours mesurés de temps en temps… Car nous sommes quelquefois beaucoup trop radicaux, « nous les défenseurs des animaux, végétariens et vegan », il faut bien le reconnaître, et du coup pas toujours très efficaces… Un homme juste et remarquablement intelligent qui ne travaille pas seulement pour le bonheur des être humains, mais aussi pour celui des animaux et du vivant tout entier 🙂

ça vous a plu ? Partagez !