En 2008, le village de Saint-Pierre-de-Frugie en Dordogne faisait partie des nombreux villages qui subissent l’exode rural : la population était partie s’installer en ville, le dernier commerce avait fermé puis finalement l’école… Le village était tout simplement appelé à mourir. C’était sans compter sur l’inventivité et la persévérance de Gilbert Chabaud, le maire. Cet amoureux de sa région a pris le parti de tout miser sur l’écologie et a permis à son village de la crise à l’abondance en quelques années seulement ! Dans un premier temps, le conseil municipal a voté la fin de l’usage des pesticides et traitements phytosanitaires et la nature a rapidement repris ses droits avec le retour des insectes pollinisateurs et des papillons, un signe de bonne santé de l’écosystème ! Ensuite, pour créer du lien, et dans une démarche d’autonomie alimentaire, la municipalité a inauguré un potager collectif qui réutilise l’eau d’un étang grâce à un bélier hydraulique et où les habitants peuvent s’initier à la permaculture. Le maire a également su voir le potentiel éco-touristique de sa commune. Il a racheté les zones humides et aménagé 9 sentiers de randonnée qui ont rapidement attiré du monde. Le patrimoine du village a aussi été restauré avec des matériaux écologiques, et pour héberger et nourri les touristes, un éco-hameau a été créé, une épicerie bio alimentée par les agriculteurs de la région a ouvert, et le bistrot du village a repris vie ! Il ne manquait plus à la commune de retrouver sa population et pour cela, rouvrir une école était indispensable, mais l’Education Nationale y était opposée… Contre vents et marées le maire a décidé de soutenir une institutrice qui voulait créer une école Montessori et ce fut un succès : en une année seulement les effectifs de la classe ont doublé ! Du coup en 5 ans, le village a gagné une quarantaine d’habitants. Gilbert Chabaud a comme objectif d’atteindre 100 % d’autonomie énergétique dans les années à venir. Dernièrement lauréate du Fonds de dotation pour la biodiversité, la commune est citée en exemple par le parc naturel régional du Périgord-Limousin et les villages alentour pourraient lui emboîter le pas !

Et si le changement attendu « d’en haut » émergeait des initiatives locales « d’en bas » ? Saint-Pierre-de-Frugie est la preuve que loin d’être des modèles fantasques ou bobo, l’écologie, la permaculture, l’autonomie énergétique et alimentaire avec comme moteur le lien social sont des réponses durables et vertueuses à l’émergence d’un nouveau paradigme. Et d’un nouveau paradis aussi.

ça vous a plu ? Partagez !