Marcher dans la nature de l’aube à la tombée de la nuit sans carte, ni téléphone, ni montre, rien sauf un petit pique-nique et de l’eau, voilà ce qu’est un trek Muir : une escapade dans une réserve naturelle où l’on marche seul et sans presque rien pour être en immersion et en fusion avec la nature ! L’expression est issue du nom du grand naturaliste et militant de la protection de la nature John Muir (1838 – 1914) qui a passé sa vie a exploré la planète seul et parfois dans des conditions pénibles pour pouvoir observer les forces de la nature au plus près ! Le but est d’une part de sortir de sa zone de confort (sans trop de danger quand même car les organisateurs de ces randonnées ne laisseraient personne mourir de froid et de faim !), et d’autre part de se mettre complètement dans le moment présent, à l’écoute totale de l’environnement naturel, de ce que l’on voit, ce que l’on respire, ce que l’on ressent, ce que l’on touche, entend, goûte, etc… Un genre de mindfulness de la nature, d’ailleurs certains les appellent « les randonnées conscientes ». Il ne s’agit pas de faire un parcours d’un point A à un point B, mais plutôt d’errer, de se perdre, de s’abandonner à la terre. En fait ce type d’expérience a été inventé il y a plus de quarante ans aux Etats-Unis mais connaît aujourd’hui un vif intérêt un peu partout en Europe et en France, il faut dire qu’à une époque où nos vies sont entièrement gouvernées par l’heure, les emplois du temps, la productivité, même dans nos loisirs nous voulons que tout soit efficace, rentable et optimisé ! Avec le trek Muir on oublie tout ça : on n’a rien à faire, on ne sait pas l’heure qu’il est, ni où on va, rien d’autre à faire que de bayer aux corneilles un brin d’herbe derrière l’oreille, regarder une araignée construire sa toile ou écouter le vent chanter dans les feuilles des arbres…

ça vous a plu ? Partagez !