Comment font les arbres quand il y a le feu ? On connaît maintenant l’intelligence des arbres et il ne faut pas croire qu’ils subissent le feu comme ça sans rien dire !! Pour passer à travers les flammes (ou pas), les arbres ont leur stratégie… Depuis des millénaires la forêt méditerranéenne a appris à vivre avec le feu. Des recherches de l’INRA montrent que les espèces ont chacune développé leur stratégie pour résister aux flammes ou renaître de leurs cendres… Bien souvent après le passage d’un incendie on ne voit qu’un paysage de désolation avec des troncs carbonisés… Pourtant tous les arbres ont leur réaction et elle est différente selon l’espèce. En prévention certains arbres s’aident de leurs caractéristiques morphologiques individuelles pour survivre mieux au feu comme le chêne-liège avec son épaisse écorce qui protège de la chaleur les tissus vivants du tronc, d’ailleurs après un feu ce dernier récupère peu à peu son feuillage en produisant des rejets, alors que d’autres feuillus privilégient une croissance rapide pour échapper aux flammes ou un élagage naturel des branches basses. La plupart des arbres résineux meurent et se régénèrent par graines. En fait l’incendie n’est pas toujours une catastrophe écologique et dans le cycle naturel d’une forêt, il présente un côté positif ! Selon Anne Ganteaume, chercheuse à l’Irstea (Institut national de recherches en sciences et technologie pour l’environnement et l’agriculture) « la plupart des espèces, en région méditerranéenne, comme le pin d’Alep, les cistes ou les genêts, sont adaptées au feu et se régénèrent même grâce à lui ». Ainsi avec l’augmentation brutale de la température à l’arrivée du feu, le pin ouvre ses cônes et les graines tombent sur le sol incendié, couvert de cendres et d’une matière organique importante. Toute concurrence végétale ayant brûlé, les pousses sont facilitées. « Le feu passe vite, poussé par le vent, et les plantes libèrent leurs graines qui ne brûlent pas. Les pluies d’automne permettront aux plantes de pousser et, six mois plus tard, le tapis noirci est déjà redevenu vert, ajoute la scientifique, sans feu les pins ont du mal à se régénérer, cela donne des peuplements vieillissants, des zones de végétation dense comme le maquis, où la lumière ne pénètre pas, empêchant de nouvelles plantes de se développer ». C’est pour cette raison qu’avant les bergers et les agriculteurs pratiquaient l’écobuage (débroussaillement par le feu) pour nettoyer la végétation. Le problème aujourd’hui c’est que le réchauffement climatique entraîne une multiplication des grands feux sévissant parfois dans les mêmes zones d’une année sur l’autre et du coup cette régénération ne s’opère plus et plus rien ne pousse… et on assiste aussi à une remontée des incendies vers le nord et des zones montagneuses où des espèces (sapins, hêtres) sont attaquées alors qu’elles ne savent pas se défendre comme les pins en Méditerranée !! Les arbres sont tellement intelligents qu’ils pourraient bien s’adapter… mais le plus simple c’est quand même que l’être humain – censé être encore plus intelligent – les protège en luttant contre le réchauffement climatique ☺

ça vous a plu ? Partagez !