Le Bhoutan est un petit pays asiatique, niché au pied de l’Himalaya entre la Chine et l’Inde. Avec des voisins aussi imposants, le Bhoutan a dû lutter tout au long de son histoire afin de préserver son petit territoire ! Pourtant le petit pays s’est bien défendu notamment en se faisant connaître il y a déjà quelques années sur la scène internationale par la création du « Bonheur National Brut », un indicateur qui diffère du classique et triste « Produit National Brut » utilisé par la majorité des gouvernements afin de mesurer l’état de richesse de leurs citoyens. Le BNB lui prend en compte le niveau de bonheur de ses habitants en se basant sur quatre principes fondamentaux : la croissance et le développement économique responsables, la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise, la sauvegarde de l’environnement et la promotion du développement durable et, enfin, la bonne gouvernance responsable. En ce qui concerne la sauvegarde de l’environnement, il est difficile de nier les efforts déployés : par exemple afin de se prémunir contre le tourisme de masse, le Bhoutan ne délivre qu’un nombre limité de visas chaque année, de même qu’il réserve au moins 60% du territoire aux forêts et autres zones boisées ou encore chaque premier dimanche du mois, les voitures sont priées de rester au garage… Ces mesures vont de pair avec le « développement économique responsable », puisque le gouvernement défend les paysans et l’économie locale, et confie la gestion des forêts aux communautés rurales les plus pauvres. Les progrès en provenance de l’étranger sont minutieusement étudiés par la « commission du bonheur » qui décide s’ils sont solubles ou non dans le concept de « bonheur national ». C’est ainsi que la télévision par satellite et internet ne sont autorisés que depuis 1999. Parmi les autres mesures à mettre au crédit du pays on peut noter l’absence totale de panneaux publicitaires, l’interdiction de la vente de cigarettes, l’interdiction des chaînes de fast-food ainsi que l’éducation et les soins gratuits pour tous. Au niveau de la « gouvernance responsable », le fait le plus marquant de ces dernières années est la modification du système de monarchie absolue en une monarchie constitutionnelle. Cette évolution vers la démocratie, que l’on doit à l’ancien roi du Bhoutan, un réformiste qui a abdiqué en faveur de son fils en 2008, a fait son chemin et aujourd’hui, le Premier ministre en poste est un membre du parti d’opposition. On aime cette notion de Bonheur Intérieur Brut !

ça vous a plu ? Partagez !