Que deviendrait la Terre si l’homme disparaissait ? Un professeur de journalisme de l’Université de l’Arizona, Alan Weisman, auteur de Homo disparitus, a étudié la question. En quelques semaines, les circuits de refroidissements des centrales nucléaires n’étant plus alimentés, des explosions irradieraient de vastes zones. Au bout de quelques années, les villes seraient envahies par la végétation et les constructions humaines s’écrouleraient. Les animaux domestiques et les cultures disparaîtraient. Après quelques milliers d’années les pollutions dues à l’activité humaine commenceraient à être résorbées. Au bout de 100 000 ans, notre impact sur l’effet de serre serait imperceptible et il n’y aurait plus aucune trace de nos constructions. Après 250 000 ans, la radiation créée par l’humain ne serait plus détectable. Le souvenir le plus tenace de l’homme serait finalement une myriade de petits granules de plastique, qui subsisteraient des centaines de milliers d’années… Nous sommes bien peu de choses par rapport à la planète !

ça vous a plu ? Partagez !