La résurrection du lac d’Annecy

Il aura fallu presque 70 ans de résistance et d’efforts acharnés pour que « le lac bleu » retrouve son nom et serve aujourd’hui de modèle à la réhabilitation de tous les lacs d’Europe dont le lac Baïkal, la plus grande étendue d’eau douce du monde, tragiquement pollué par les usines de cellulose et de ciment. Tout a commencé en 1943, à l’époque, l’écologie n’existe pas, c’est un médecin, Paul Sevettaz, qui alerte ses concitoyens sur de gros problèmes sanitaires causés par le lac. Il faut dire qu’on déverse allègrement à ce moment-là dans ce joyau des Alpes, les égouts domestiques, agricoles et industriels !

Dès lors le travail sanitaire se met en place, et petit à petit le lac retrouve sa transparence grâce entre autres à la création en 1957 du Syndicat Intercommunal du Lac d’Annecy (SILA). S’en suivent de gigantesques chantiers de collecteurs jusqu’en 2001 où est mis en place un réseau d’assainissement collectif. Mais ce n’est pas fini, il a fallu aussi faire admettre que la biodiversité dans le lac avait besoin de zones marécageuses… Aujourd’hui le lac d’Annecy est considéré comme l’un des lacs habités les plus purs du monde et toutes les espèces originelles (dont bon nombre avaient disparu) sont revenues. Comme quoi quand on veut on peut !

ça vous a plu ? Partagez !