Nous devrions faire davantage confiance à la nature et à nos amies les bêtes !! Les animaux peuvent nous être d’une grande aide on le sait, encore faut-il avoir envie de collaborer avec eux… On vient de découvrir que les chauves-souris contribuent à lutter contre le ver de la grappe, papillon ravageur de la vigne, et pourraient ainsi devenir une alternative à certains pesticides. C’est ce qu’a annoncé récemment La Ligue pour la Protection de Animaux avec des études à l’appui : sur 23 parcelles de vignes étudiées en Gironde, une étude menée par la LPO Aquitaine, Eliomys et l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), montre que les chauves-souris augmentent leur activité de chasse en présence des ravageurs, observation qui a été confirmée par des analyses génétiques de leurs excréments. « Ce résultats attestent donc de façon formelle, et pour la première fois, la capacité des chauves-souris à se nourrir d’eudémis et de cochylis, des papillons ravageurs de la vigne qui, en cas d’infestation contraignent les viticulteurs à l’emploi d’insecticides » ont indiqué dans un communiqué les trois organismes et le Comité interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) qui a financé cette étude, réalisée de mai à octobre 2017. « Cela a été un peu une surprise. Nous avons trouvé 19 des 22 espèces connues en Gironde. On ne s’attendait pas à ce qu’autant d’espèces de chauves-souris fréquentent la vigne, qui n’était pas jusque-là connue pour sa biodiversité. On n’imaginait pas la vigne comme un milieu attractif pour les chauves-souris. Par contre, l’activité dans le vignoble est inférieure à d’autres habitats plus naturels comme les haies » a expliqué à l’AFP Yohann Charbonnier, chargé de mission scientifique à la LPO Aquitaine. Reste à savoir maintenant si les viticulteurs vont avoir envie de jouer le jeu et d’investir dans les chiroptères pour abandonner les pesticides… C’est tout le bien qu’on leur souhaite 🙂

ça vous a plu ? Partagez !