Auroville est une ville expérimentale située à une dizaine de kilomètres au nord de Pondichéry en Inde. Elle a été créée en 1968 par une française Mirra Alfassa, plus connue sous le nom de « La Mère » et compagne du philosophe indien Sri Aurobindo. Selon sa conceptrice Auroville avait pour vocation d’être le lieu d’une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités, et sans aucune religion car selon elle « l’ère de la religion est derrière nous et doit faire place à une ère de spiritualité transcendant toutes les religions ». Le Matrimandir, symbole de la communauté (surnommée « gigantesque balle de golf dorée ») était dès le début un lieu non-religieux destiné à la méditation. Bientôt 50 ans plus tard, Auroville est toujours là, parfaitement viable, elle n’appartient à personne et à tout le monde, la propriété privée y est interdite même des biens mobiliers, on y vit toujours comme « La Mère » avait souhaité, sans politique, sans religion et sans argent ! Reconnue comme une ville internationale par l’UNESCO, ses habitants aujourd’hui (plus de 2 000) regroupent plus de 50 nationalités et sont organisés en « unités de travail » : agriculture, informatique, éducation, santé, etc… Tout est avant-gardiste dans cette ville incroyable, même l’architecture est expérimentale et en constante évolution, les structures visant à optimiser l’utilisation des énergies renouvelables ayant pour principal objectif de réutiliser et de recycler. Auroville se positionne comme un modèle d’éco-ville durable : elle subvient à ses besoins par plusieurs cultures, combinant des arbres fruitiers, des champs de maïs et des vergers, répartis dans 15 fermes, il y a en tout une superficie de 160 hectares. Le village a également une production autosuffisante en lait et en produits laitiers ainsi qu’en fruits de saison. Et si Auroville nous montrait à quoi pourrait ressembler l’avenir ?

ça vous a plu ? Partagez !